Une grande course réduite mais lancée

0
2
@ C. Breshi

Le départ de la grande course a été lancée à 13h ce vendredi après 2 reports successifs dû à la force du vent et à l’état de la mer. Les 23 concurrents sont partis dans un flux de secteur sud-ouest d’une quinzaine de nœuds sur une mer encore très formée. Si Pierre Rhimbault (Bretagne – CMB Espoir) a été le premier à couper la ligne, c’est Gildas Mahé (Breizh Cola) qui s’était installé aux commandes de la flotte au passage de la bouée de dégagement. Mais au fil de la course, ce sont plusieurs leaders qui devraient se succéder. On retrouve en tête ce vendredi soir Gildas Mahé, Alexis Loison (CustoPol) et Anthony Marchand (Groupe Royer) sur ce parcours qui a été réduit à 245 milles . « Nous avons pris une décision raisonnable car hier, les conditions de vent et de mer ne permettaient pas de lancer la course dans des conditions acceptables de sécurité. Aujourd’hui, nous avons pu les envoyer dans des conditions maniables, malgré quelques méchants passages de grains et une houle toujours importante », explique Denis Hugues. « Les choses devraient néanmoins se corser à partir de demain, la faute à une grosse transition que les marins vont devoir gérer avec, à la clé, des vents instables autant que variables », ajoute le Directeur de course.

Un jeu grand ouvert
De fait, de grosses incertitudes demeurent quant à l’évolution du système dépressionnaire qui doit traverser la zone de course, ce samedi. La preuve, pour l’heure, les fichiers divergent, Arome voyant un retour du vent par l’est, CEP l’envisageant par le sud-ouest. Seul point sur lequel ils s’accordent : l’intensité. Reste que le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas franchement folichon, avec entre 5 et 10 nœuds annoncés, mais aussi de franches zones de pétole. « Aujourd’hui, les routages font passer les bateaux très à l’ouest, mais ça reste difficile de faire des plans sur la comète. Une chose est sûre cependant : les marins ne vont pas battre des records de vitesse sur la portion entre Ré et Belle-Ile », souligne Denis Hugues qui estime une arrivée du côté des Birvideaux demain en fin de soirée, puis une arrivée sur la ligne d’arrivée dimanche, entre 4 heures et 10 heures. Affaire à suivre donc.