Gitana remis à l’eau. Franck Cammas et Charles Caudrelier impatients d’aller naviguer

Après six mois de chantier, le Maxi Edmond de Rothschild a été remis à l’eau ce jeudi à Lorient. Si son skipper Franck Cammas était absent pour cause d’engagement sur le GC32 Racing Tour, Charles Caudrelier co-skipper du bateau, a pu surveiller de près les opérations et admirer le travail de l’équipe notamment sur son étrave tribord qui avait cassé lors de la dernière Route du Rhum.

DU RHUM A L’EAU
Série en trois volets by Gitana Team
A travers une mini-série en trois volets, le Gitana Team revient sur la chronologie des évènements qui ont conduit à l’avarie et à l’abandon du Maxi Edmond de Rothschild sur la Route du Rhum 2018, puis sur les mois qui ont suivi. En compagnie des acteurs du projet, et notamment les membres de l’équipe technique ou encore de son architecte Guillaume Verdier, l’écurie aux cinq flèches nous invite dans les coulisses de l’hiver 2018-2019, au cœur de la reconstruction et de la renaissance du dernier-né des Gitana.

« Six mois, c’est long, mais c’est le temps qu’il nous a fallu pour refaire un moule de flotteur, produire la pièce chez Multiplast, la greffer à la plateforme et peindre l’ensemble. Nous n’avons eu qu’un mois pour toute cette dernière partie de greffage et finitions et il n’y avait pas un jour de trop ! », soulignait Pierre Tissier, le directeur technique de l’équipe.
Sébastien Sainson, responsable du bureau d’études maison, nous détaillait quant à lui la méthode appliquée tout au long de cet hiver studieux : « Notre principale difficulté était de devoir mener en parallèle les investigations pour comprendre ce qui avait conduit à l’avarie, tout en démarrant au plus vite la reconstruction. Pour cela, nous avons travaillé étroitement avec Guillaume Verdier et ses équipes. C’était un travail de fourmi et de précision ! Tout a été passé en revue, de la santé matière, à la mise en œuvre des plans d’origine. À l’aide de l’ensemble des sources à notre disposition, et notamment des données émanant de la centrale inertielle du bord, nous avons dégagé l’hypothèse la plus probante, refait des calculs de structure, de fluides et choisi de renforcer en conséquence. »


 

La nouvelle étrave et les renforts structurels apportés aux deux autres étraves ont naturellement réclamé la plus grande attention et tout le savoir-faire, mais l’équipe aux cinq flèches a également mis à profit ces mois d’hiver pour poursuivre le développement et l’optimisation du Maxi. Ainsi, pour des questions d’ergonomie et d’aérodynamisme, la casquette a été découpée et repensée. Fidèles à leur réputation de fins techniciens et de performers, les deux nouveaux skippers ont d’ores et déjà réfléchi avec les membres du Team sur de nouvelles pistes d’amélioration. L’aérodynamisme sera à nouveau sur le haut de la pile cet été pour gagner encore en performance.

Un apprentissage accéléré
Le duo de marins récemment nommé aura fort à faire dans les prochaines semaines. Franck Cammas et Charles Caudrelier doivent en effet prendre leurs marques rapidement et apprivoiser une machine complexe et exigeante. Dès mardi prochain, le tandem va multiplier les navigations, en équipage tout d’abord avec en ligne de mire une participation à la mythique Rolex Fastnet Race, puis en double afin de se préparer pour la grande échéance sportive qui les attend dès le 3 novembre prochain. Il s’agit de Brest Atlantiques, un triangle de 14 000 milles nautiques au départ et à l’arrivée de la métropole finistérienne, en passant par Rio de Janeiro et Le Cap en Afrique du Sud. Ce premier galop d’essai sera un magnifique test tant pour le Maxi Edmond de Rothschild que pour ses skippers qui s’élanceront en double, accompagnés d’un médiaman, pour près d’un mois de mer !

« Cette mise à l’eau est une première concrétisation. Depuis que Franck et moi avons rejoint l’équipe, nous avons beaucoup observé le bateau dans les chiffres, sur les plans et numériquement. Maintenant nous sommes impatients d’aller naviguer et d’avoir des sensations. Cette phase de découverte est forcément exaltante. L’équipe a prouvé qu’elle avait réalisé un bon bateau, marin et c’est à nous maintenant d’aller concrétiser cela. Nous avons déjà la Brest Atlantiques en tête et notre préparation a commencé. Nous souhaitons naviguer un maximum, maintenant nous sommes conscients que ce sont des bateaux complexes qui réclament de la mise au point. Le moindre petit problème peut prendre du temps mais l’équipe a fait un super travail cet hiver. Le Maxi navigue maintenant depuis deux ans, il a été bien fiabilisé et malgré le gros problème structurel connu sur la Route du Rhum, tous les systèmes périphériques marchaient très bien. C’est pourquoi on espère avoir passé un cap et pouvoir plus se concentrer sur la navigation, ce qui est une grande chance », se réjouissait Charles Caudrelier, skipper Edmond de Rothschild.

Un travail d’équipe remarquable
Suite à l’avarie survenue sur la Route du Rhum, la volonté claire des armateurs du Gitana d’être présents pour la saison 2019 a conduit l’équipe à respecter un timing serré compte tenu de l’ampleur de la tâche. Cyril Dardashti, qui dirige l’écurie depuis dix ans, mesure l’effort et l’engagement collectif et individuel qu’a réclamé un tel chantier : « C’est la première fois que nous réalisions ce type de travaux dans notre chantier de Lorient et c’est une grande fierté pour toute l’équipe d’y être parvenue. C’était ambitieux car les délais étaient serrés et l’opération de greffage complexe. Mais l’équipe, et notamment nos spécialistes des matériaux composites, ont répondu présents, et ce malgré la déception légitime de la casse et de notre abandon. Un grand coup de chapeau à tous. J’ai bien sûr une pensée pour nos armateurs et le Groupe Edmond de Rothschild qui nous soutiennent toujours. J’espère sincèrement que nous pourrons rapidement les remercier de leur patience de la plus belle des manières. À partir du moment où on a su trouver les explications de notre casse, tout s’est enchaîné et nous sommes remotivés comme jamais. Je crois qu’il faut se nourrir des échecs. Maintenant nous sommes repartis pour écrire de belles pages. »

« La perte de l’étrave a soulevé beaucoup de questions… Cette avarie a a été un coup au moral pour tout le monde mais nous avons réussi malgré tout à maintenir le cap, à maintenir nos objectifs. Je pense qu’en reconstruisant le bateau, on s’est reconstruit aussi ! », concluait Pierre Tissier.