Franck Cammas et Charles Caudrelier prennent leur marque sur le Maxi Edmond de Rothschild

Les deux nouveaux skippers du Maxi Edmond de Rothschild ne chôment pas et se préparent pour la Brest Oceans avec un premier rendez-vous la Rolex Fastnet début août.
Recrutés en avril dernier, Franck Cammas et Charles Caudrelier ont pris rapidement leurs marques au sein de l’équipe aux cinq flèches. Un mois après leur arrivée, le Maxi Edmond de Rothschild était remis à l’eau à la suite de plus de six mois de chantier dus entre autres à la casse de l’étrave du flotteur tribord ; une lourde avarie qui avait contraint Gitana à l’abandon sur la Route du Rhum. Depuis, les deux marins, épaulés par les membres de leur équipe technique, multiplient les sorties à bord du géant de 32 mètres. Le rythme est soutenu et le temps compté car dès le mois de novembre prochain, ils s’élanceront sur une grande boucle atlantique de 14 000 milles entre Brest, Rio de Janeiro et le Cap. Les skippers d’Edmond de Rothschild nous livrent leurs premiers ressentis tant sur le bateau que sur leur intégration au sein de l’écurie armée par Ariane et Benjamin de Rothschild.

Intense et passionnant !
« Nous avons travaillé de façon assez intense entre la découverte du bateau, les premières modifications engagées, les ajustements des détails, les transformations des voiles, la connaissance et l’utilisation des appendices. C’est satisfaisant, en enchaînant les sorties on a pu aller dans les détails que ce soit au large ou lors de navigations à la journée » note Franck Cammas. Le sentiment d’intensité est partagé par Charles Caudrelier : « les deux premiers mois ont été studieux, nous avons appris beaucoup de choses et le rythme est soutenu mais c’est aussi du plaisir tous les jours. Le bateau est techniquement passionnant et nous sommes entourés de personnes très compétentes. Il y a une vraie émulation au sein de l’équipe. Franck a ce profil très technique qui booste aussi les choses. Le Maxi Edmond de Rothschild est une machine exceptionnelle et à côté de tout ce qui existe c’est vraiment une marche au-dessus ! Les sensations sont incroyables, c’est une grande chance de mener un tel bateau. Nous apprenons petit à petit à le régler, mais on est encore loin de son exploitation optimale. Tous les jours on le comprend un peu plus et on progresse »
« L’intégration au sein du team a été plutôt naturelle et très positive. Ayant déjà navigué ici entre 2013 et 2015, je connaissais bien les gens et Franck une grande partie d’entre eux. Cela nous a permis de rentrer très vite dans le vif du sujet et d’être efficaces. En deux mois, je crois que l’on a déjà fait du bon travail ensemble. Certains défauts de jeunesse du bateau ont été solutionnés, nous avons fait un peu évoluer les performances de voiles du bateau et résolu des problématiques sur le système de barre » confiait Charles Caudrelier tandis que son binôme nous livrait ses premières sensations sur le vol hauturier : « Le Maxi Edmond de Rothschild est un bateau sain et qui met en confiance dans le sens où il y a beaucoup de volume, on est haut sur l’eau et les appendices ont beaucoup de surface, du coup ils créent un vrai amortissement. Tout cela combiné nous permet d’atteindre des modes volants réels, chose que je n’avais pas encore expérimenté sur cette taille de multicoque, même avec Banque Populaire l’année dernière.»

Montée en puissance
Ce serait mal connaître Franck Cammas que d’imaginer la Rolex Fastnet Race comme une simple course d’entraînement. Réputé pour sa ténacité, l’aixois ne s’aligne jamais sur une régate sans avoir l’envie d’y performer ; un état d’esprit largement défendu par Charles Caudrelier. Pour autant les deux hommes ne perdent pas de vue la grande échéance de fin d’année et ont imaginé leur saison 2019 en conséquence comme le précisait Franck: « De la mise à l’eau jusqu’au Fastnet nous savions que ce serait une phase de découverte technique, et c’est pourquoi c’était parfait de le faire en équipage. Après le Fastnet, nous changerons de mode. L’idée est de nous perfectionner nous-mêmes à bord du Maxi et dans notre configuration de double de la Brest Atlantiques. Nous avons une qualification de 2 000 milles à valider, ce qui sera très efficace dans nos entraînements, et nous aimerions la faire en août si les conditions s’y prêtent.»
Les préparations sont toujours un savant mélange entre développement et fiabilisation. Développement car les innovations sont constantes et le bateau en perpétuelle évolution au fur et à mesure des enseignements tirés au cours des navigations d’entraînement. Fiabilisation car pour gagner des régates il faut avant tout les finir ! : « La priorité est de durer ! Aller vite c’est bien, essentiel même, mais longtemps c’est le plus important désormais car nous avons une course de 25-30 jours qui nous attend d’ici trois mois avec la Brest Atlantiques. En course, et au rythme auquel nous imaginons mener nos bateaux, c’est vraiment un gros challenge technique et sportif ! » rappelait le vainqueur en titre de la Volvo Ocean Race.

Rolex Fastnet Race, rendez-vous le 3 août à 12h30 british time !
Dans quelques jours, le Maxi Edmond de Rothschild s’aventurera pour la première fois dans les eaux anglaises du Solent. Ce sera à l’occasion de la 48ème édition de la Rolex Fastnet Race ; une course et un plan d’eau mythique bien connus des unités Gitana et notamment des monocoques du père de Benjamin de Rothschild, Edmond de Rothschild. Pour l’anecdote, le baron et ses hommes ont inscrit leurs noms au palmarès de l’épreuve en 1965 avec Gitana IV, magnifique Yawl en bois de 27 mètres, et s’étaient alors offert le record de l’épreuve – 3 jours 9 heures 40 minutes – détenu par la suite durant dix-neuf ans.
À bord du Maxi Edmond de Rothschild, c’est le record de Banque Populaire V de 1 jour 8 heures 48 minutes et 46 secondes (établi en 2011 avec une météo ventée) qu’ils viseront. Mais plus que le chrono car la Rolex Fastnet Race est une course et non un record, c’est bien la confrontation avec les trois autres ultimes en lice – Actual Leader, Macif et Sodebo – que viendront chercher Franck Cammas, Charles Caudrelier et leur équipage.
Pour ce premier véritable test en flotte, le duo d’Edmond de Rothschild a choisi d’être accompagné par quatre navigateurs de haut vol au profil éclectique : David Boileau, boat captain du Maxi, Erwan Israël, grand régatier désormais habitué de ces fabuleuses machines après ses campagnes à bord de Spindrift, Morgan Lagravière, barreur de talent et figariste émérite qui découvre ici l’univers des géants, sans oublier Yann Riou, futur mediaman de la Brest Atlantiques et fidèle du Gitana Team.
Le 3 août prochain, les Ultimes seront les premiers voiliers à s’élancer sur les 600 milles du parcours, avec un départ prévu à 12h30 en heure locale, soit 13h30 en France.

Equipage du Maxi Edmond de Rothschild – Rolex Fastnet Race
Franck Cammas / Charles Caudrelier – Skippers
David Boileau / Erwan Israël / Morgan Lagravière / Yann Riou