Leg 02, Lisbon to Cape Town, day 07, on board MAPFRE, Nubes y lluvias ecuatoriales. Photo by Ugo Fonolla/Volvo Ocean Race. 11 November, 2017.

Déjà 8 jours de course dans la deuxième étape de la Volvo Ocean Race entre Lisbonne et Cape Town. Les 7 VOR 65 passent le Pot au noir et aucune équipe n’a pris l’avantage sur les autres. Dongfeng Race Team a fait un superbe début de course mais sans parvenir à s’échapper et la flotte se tient en quelques milles.
“Je peux les voir sur l’AIS !” Si vous entendez cette phrase sur un Volvo Ocean 65 au milieu de l’Atlantique, ça peut vouloir dire 2 choses bien différentes. C’est soit une mauvaise nouvelle, signifiant que vous êtes pourchassé par un concurrent se trouvant à 5nm de vous. Ça peut aussi faire office de bonne nouvelle, si vous êtes le poursuivant en question, comme c’est le cas de MAPFRE et Vestas 11th Hour Racing aujourd’hui. Si la nuit n’était pas aussi noire, et si l’on avait pas autant de nuages au dessus de nous, on pourrait probablement voir la lumière verte de MAPFRE depuis le pont de Dongfeng Race Team.

“Ce qui aurait pu sembler être une journée plus ‘relax’ hier, avec une douche tombée du ciel, un petit déjeuner surprise (croissants), une réparation de voile, et une avance de 12 milles nautiques n’est plus d’actualité aujourd’hui. Premièrement on va passer l’Équateur. Ensuite, il faut jouer avec Pot au Noir, cauchemar pour les marins… on navigue d’un nuage à l’autre. À présent, nous sommes trois bateaux ajustants leurs voiles constamment pour répondre aux changements du vent.”

À 07:00 UTC ce matin, 12 milles nautiques correspondaient à l’écart entre le premier et le cinquième, team AkzoNobel, qui cédait sa quatrième place à Bouwe Bekking et Team Brunel dans la nuit. Carlo Huisman l’avait prédit hier soir “nous avons le meilleur marin du monde à la barre, essayant de les dépasser, je pense qu’ils ont du souci à se faire ! »

Derrière, le Volvo Ocean 65 Turn the Tide on Plastic, skippé par Dee Caffari est revenu à 46nm du leader, soit un gain de plus de 60 milles nautiques pendant la nuit… “Les dernières 24 heures, on les a passées à négocier de gros grains et beaucoup de pluie. Un vent changeant allant de 5 noeuds à 30 noeuds, dans toutes les directions. La bonne nouvelle est que nous avons réussi à faire avancer le bateau dans la bonne direction, et que l’activité à venir semble plus soft, alors nous espérons que ce soir pourrait être la fin de tout cela.”

La guerre des nerfs se poursuit encore et toujours, et pour Martin Keruzoré, OBR sur Vestas 11th Hour Racing, la réalité est à la hauteur de ses attentes :

“Tu verras le Pot au Noir c’est incroyable, le vent prend des tours en 2 minutes, il change d’orientation, les nuages sont monstrueux, c’est tout gris…. et bah ce n’étaient pas des mensonges.

Vestas 11th Hour Racing a passé la journée du 11 novembre 2017 dans cette zone de transition météorologique. Une transition implique forcément beaucoup de changements de voiles, en fonction des allures et de la force du vent : on peut être au reaching (90 degrés du vent) avec 15knts de vent et se retrouver 5 minutes plus tard au près dans 30knts et sous une pluie torrentielle. Même pas le temps de sortir le shampoing, il faut immédiatement ferler le MH0 pour éviter au VO65 de se coucher sur le flan. La Grand voile, déjà choquée en grand, aura elle aussi bien besoin de se faire réduire de taille en prenant un ris avant de se faire réduire en lambeau par les rafales. Ça ressemble un peu à la fin du monde sans les explosions, tout l’équipage est sur le pont, les colonnes de winch tournent à plein régime pour sécuriser la situation. Après 20 minutes d’effort, le bateau est à nouveau dans ses lignes mais le vent retombe, allez, c’est reparti pour la même dose d’effort mais pour revenir au set up initial d’il y a 20 minutes, avant ce satané nuage. Pour vous donner une idée générale de l’état des troupes au petit matin, des nuages comme celui là, on en a c