La Fédération des Industries Nautiques (FIN) demande la liberté de naviguer au Premier ministre

Transquadra Martinique 2017-2018

Depuis plusieurs semaines, la Fédération des Industries Nautiques (FIN) a fait valoir auprès des autorités publiques ses attentes immédiates.

En premier lieu, celle pour les plaisanciers de retrouver leur liberté de naviguer dès l’amorce du déconfinement. La FIN a toujours prôné le parallélisme entre la liberté de circuler sur terre et sur l’eau, dans la limite des 100 kilomètres. Cette position a été défendue devant l’autorité interministérielle en charge du déconfinement. La FIN a par ailleurs plaidé pour la réouverture, à la même date, des locations de bateaux, sous des conditions sanitaires strictes.

S’agissant des pratiques sportives individuelles, la FIN a fait valoir, en lien avec plusieurs fédérations membres de la Confédération du Nautisme et de la Plaisance, qu’un compromis soit trouvé entre la demande légitime exprimée par les élus et les pratiquants, et les mesures visant à éviter une nouvelle vague virale. Elle a appelé à la définition de points d’accès à l’eau par arrêtés municipaux, de façon à libérer une pratique sportive individuelle aquatique responsable.

La FIN a, en dernier lieu, mené un travail pour établir un cadre sanitaire pour l’ensemble des métiers qui composent sa fédération. Il est prêt et tous les acteurs sont opérationnels pour reprendre dès le 11 mai.

La FIN a conscience de la complexité que requiert l’équilibre entre les mesures de reprise de l’activité et celles de protection sanitaire. Elle en appelle à la responsabilité de tous, entreprises comme pratiquants. Le respect des mesures par celles et ceux qui retrouveront l’accès à l’eau dès le 11 mai aura des incidences sur la levée des restrictions début juin.

Au-delà de la reprise d’activité, la FIN prépare, en lien avec plusieurs ministères, le soutien à plus long terme des entreprises de la filière, afin de limiter les impacts de cette crise sur la saison estivale et au-delà. Certains acteurs, comme ceux de la location ou de la grande plaisance, méritent une très forte attention. La FIN a fait valoir leurs attentes notamment auprès des ministères en charge du tourisme. Elle remercie d’ailleurs l’ensemble de ses interlocuteurs ministériels pour la qualité de leur écoute.

Résolument optimiste, la FIN espère désormais que le Premier Ministre sera au rendez-vous de la reprise du secteur nautique.