La face cachée du Vendée Globe, Denis Horeau s’en va !

Denis Horeau démissionne

Mais que se passe-t-il au Vendée Globe et plus précisément à la SAEM Vendée avec Yves Auvinet à sa tête ? Après David Brabis, le directeur général écarté la semaine dernière, on apprend que Denis Horeau quitte la direction de course et sera remplacé par Jacques Caraës.

C’est Ouest France qui dévoile dans la journée le courrier que Denis Horeau a adressé aux skippers. Il rappelle qu’il a officié à ce poste en 1989, 2004, 2008 et 2012 et ajoute « En plein accord avec Yves Auvinet, je souhaite préparer dès maintenant l’avenir de la course et passer le relais dans les meilleures conditions. »

On peut imaginer le temps pris à la rédaction du courrier pour peser chaque mot et qui ressemble à un communiqué du Parti Communiste chinois.
Faut-il croire Denis Horeau qui souhaite, à 6 mois du départ du Vendée, passer la main et préparer l’avenir ? Il fallait le faire avant de s’engager, Jacques Carës étant là depuis le début, soit après le Vendée. On ne comprend pas très bien la logique, surtout quand, dans la suite de la lettre, il mentionne  » je reste à disposition…je serai là le 10 juin à une réunion avec Yves Auvinet…. »

Cela montre qu’il y a un sérieux problème au sein de la SAEM et que son Président Yves Auvinet semble déterminé à … ne pas faire de vagues.
Il serait plus judicieux d’expliquer ce qu’il se passe et notamment les points de vue de chacun. Le Vendée Globe aussi important soit-il, reste une course de voile avec des coureurs et tout le monde peut comprendre qu’un tel événement n’est pas simple à organiser.

Que le directeur général qui gère les contrats de communication, d’appels d’offres ou la logistique parte, cela s’est vu et on peut comprendre qu’il puisse partir pour des divergences de vue. Mais que le directeur de course parte, de surcroît avec son expérience, à quelques mois du départ, c’est un mauvais signal qui est envoyé, surtout auprès des coureurs parce que l’on touche là, le cœur de la course, la sécurité des marins, et l’équité sportive. C’est tout un symbole même si avec Jacques Caraës et son équipe constituée par Guillaume Evrard et Hubert Lemonnier, les skippers restent en de bonnes mains.

voile-le-vendee-globe-vire-son-directeur-de-courseOn en saura certainement un peu plus dans quelques jours sur les vraies raisons du départ de Denis Horeau et on espère les avoir. On peut sans doute faire le lien avec le dernier Avenant de l’Avis de course qui a été publié il y a deux semaines et qui limite le nombre de participants à 27. Sa publication, au lieu d’apaiser les tensions, à divisé bon nombre d’acteurs : skippers, partenaires, passionnés.
Cet avenant devait mettre fin à une crispation de plus en plus croissante de la part des skippers depuis la conférence de presse du Vendée Globe. Une crispation devant des règles d’inscriptions insuffisamment précises, une communication qui souhaitait jouer à tort sur tous les tableaux : un nombre record de participants et laisser planer le doute trois mois durant sur le nombre de place possible. Un exercice sans doute difficile à manier pour Denis Horeau coincé entre une exigence économique, événementiel et sportive dont il aurait payé le prix ? A suivre.

2 Commentaires

  1. Ah oui, quand même ! CE n’est effectivement pas une bonne nouvelle pour le VG !! Ses compétences vont nous manquer, c’est sûr !

  2. Ces compétences, son éthique, et sa grande complicité avec les skippers en ont fait un grand directeur de course.
    Son départ marque un tournant, que restera t il de l’esprit même de cette magnifique compétition.
    regrets.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.