Fabien Delahaye : « Faire ma course »

Fabien Delahaye © Loubsol

Reposé et remis de son résultat décevant lors de la première étape, le skipper de Loubsol veut prendre les étapes une à une pour ne rien regretter.
« Je me suis beaucoup reposé depuis l’arrivée, je pense que j’ai autant dormi que les premiers ! Tout va bien, le bonhomme est en forme. C’était nécessaire car lors des derniers milles avant l’arrivée à Kinsale j’étais vraiment dans le rouge ! Le départ a été décalé, c’est bien parce que cela nous permettra d’avoir une vraie matinée sur place demain pour se reposer, étudier la météo et manger avant de partir. »
« La nourriture est chargée à bord et j’ai un nouvel aérien ! Je pourrais donc de nouveau utiliser le pilote automatique sur la deuxième étape. On est prêt à repartir demain, il n’y a plus qu’à se concentrer sur la météo. Ce sera encore une étape longue, 615 milles, avec un passage par l’île de Man. Cela ajoute en incertitudes car ce sont des coins que l’on ne connaît pas, dans lesquels on n’a jamais navigué. Il faut considérer que l’île de Man est le coin le plus nord de l’Irlande donc ce sont des endroits un peu hostiles. Pour l’instant la météo est plutôt bonne pour y aller. Après, tout bouge vite en météo, on l’a vu sur l’étape précédente… »

Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage…
« J’ai enlevé le classement général de ma tête pour l’instant car mon écart au premier est vraiment trop important. Je vais maintenant appréhender chaque étape comme une course à part entière et continuer à essayer de faire de belles choses. Les compteurs sont remis à zéro demain matin ; on sait que la Solitaire est une course à élimination, je fais certes partie des perdants sur la première étape, mais maintenant il faut se concentrer sur chaque manche et faire sa course pour n’avoir aucun regret. Toutes les occasions sont bonnes pour apprivoiser le bateau et prendre tous les repères possibles. On est quand même dans les meilleures conditions pour progresser ! Cette nouvelle manche devrait durer 4 jours encore, ce qui veut dire que nous aurons de nouveau très peu de temps de récupération à Roscoff. Ce sont des rythmes compliqués, cette Solitaire est difficile avec peu de plages de repos. De même elle ne laisse pas de place aux problèmes techniques car on a très peu de temps pour réparer et tout remettre en ordre. Il faut penser aussi à tout ça. Sans compter qu’après ces deux longues étapes, il va falloir gérer la troisième qui dans son genre ne va pas être mal non plus avec beaucoup de courants et de grosses décisions stratégiques à faire. Il faut donc penser plus loin que l’étape qui arrive car derrière on va devoir enchaîner très rapidement. »