Et trois en Atlantique !

PRB passe le cap Horn
PRB passe le cap Horn

Ils sont deux de plus ce matin à être sur le dernier versant Atlantique vers les Sables-d’Olonne. En effet, Vincent Riou (PRB) a passé le Cap Horn hier soir, le 3 janvier, à 21h45 (heure française) soit 20h45 TU. Vincent aura donc mis 57 jours 08 heures et 43 minutes pour virer le célèbre cap soit 15 heures et 30 minutes de plus que Jean Le Cam (Bonduelle). Mike Golding (Ecover) a passé la longitude du Cabo de Hornos cette nuit à 02h15 (heure française) soit à 01h15 TU. L’anglais aura donc mis 57 jours 13 heures et 13 minutes de course soit 20 heures de plus que le leader et 4h30 de plus que Vincent Riou. S’ils sont trois à naviguer ce matin dans l’Atlantique, l’autre information du petit matin sont les écarts entre ces trois protagonistes. En effet, ils ont fondu comme neige au soleil depuis hier même heure. Ainsi, de 190,6 milles hier au classement de 5 heures, l’avance de Jean Le Cam sur Vincent Riou a fondu ce matin à… 61,2 milles. Jean a buté sur une vaste zone de vents mous dans lequel sont venus tour à tour se placer Vincent Riou et Mike Golding. Un coup d’élastique dans le mauvais sens pour le roi Jean qui voit donc ses deux poursuivants se caler dans son sillage et dans le même système météo que le sien. Point positif pour Jean, il a stoppé l’hémorragie depuis hier soir 20 heures où Vincent était revenu à… 59,5 milles derrière lui. Mais c’est bien un nouveau départ qui vient d’être donné à l’entrée de l’Atlantique. Si Jean est ce matin à 38 milles dans le sud de l’Ile des Etats, Vincent est à 44,9 milles dans le sud-est du Cap San Pio (Terre de Feu) et Mike est à 13 milles dans le sud-ouest du Cap Horn.

Si Conrad Humphreys (Hellomoto) était bien entré dans la zone à icebergs en signalant la présence de deux blocs de glace hier matin, l’anglais a averti la Direction de Course de la présence de deux nouvelles montagnes dérivantes hier à 19h00 TU. «One size of Wembley Stadium » écrivait-il sur son message ! Situés par 51°31 75’ Sud et 178° 58 85’ et 49’ Est, l’un était donc de la taille du stade de Wembley (Londres). Impressionnant… Mais si ce dernier peut être détecté par radar, ce sont une fois de plus les growlers qui peuvent graviter autour qui en sont les principaux dangers.

Petites vitesses pour ce qui est de la flotte de queue. En effet, Anne Liardet (Roxy) et Patrice Carpentier (VM Matériaux) progressent au près dans un vent d’est de 15 nœuds tandis que Raphaël Dinelli (Akena Vérandas) et Karen Leibovici (Benefic) sont aux prises avec une vaste dorsale anticyclonique sous la Tasmanie. 5 400 milles séparent ce matin Jean Le Cam de Karen, soit sur la carte, la taille de… l’Océan Pacifique !

(Source : Vendée Globe)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.