Leg 3, Cape Town to Melbourne, day 08, on board Dongfeng. The crew ready for another gybe, they are all exausted after a night like this. Photo by Martin Keruzore/Volvo Ocean Race. 16 December, 2017.

Déjà une semaine de course et la flotte des VOR65 est déjà aux Kerguelen. Dongfeng et Mapfre se surveillent de près en tête mais la flotte commence à se regrouper. Une semaine après le départ de cette troisième étape coefficient 2, on s’attendait à voir une manche extrêmement disputée et intense ; on est servi, à commencer par les marins ! Les dernières heures ont probablement été parmi les plus éprouvantes… Les bateaux naviguent entre la zone d’exclusion des glaces (modifiée il y a deux jours par la direction de course, après avoir observé un iceberg à la dérive non loin des Kerguelen…) et un anticyclone, à quelques 100 milles nautiques plus au nord. Afin de rester dans un vent allant de 17 à 21 noeuds, leur couloir de navigation est encore plus étroit, et s’étend sur moins de 40 milles de large, si l’on s’attarde sur le tracker.

Charles Caudrelier, le skipper de Dongfeng Race Team nous l’annonçait : “c’est très simple, on va devoir empanner toutes les heures. Ce n’est pas drôle mais on n’a pas le choix, on a la zone d’exclusion qui est là pour une bonne raison – nous éviter d’aller naviguer avec les icebergs, ce qui est bien entendu très dangereux.”

En plus d’être un véritable combat de nerfs avec le reste de la flotte, dont MAPFRE, qui n’est plus qu’à 5 milles derrière, et donc visible sur l’AIS, chaque manoeuvre est un processus aussi bien huilé que pénible pour les marins. “Tu dois matosser toute la nourriture etc, c’est environ 600 kilos à bouger à chaque fois, mais là c’est plein d’eau… si une voile fait 100 kilos et bien là elle en fait 200 avec l’eau, le bateau bouge constamment, tu ne peux pas dormir… c’est horrible mais c’est la ‘life at the extreme’ !”

Pour chaque empannage, c’est l’ensemble de l’équipage qui est mis à contribution, et la manoeuvre prend entre 30 et 40 min. Cette image du tracker montre 18 empannages pour Dongfeng entre 20:00 UTC et 10:00 ce matin, contre 19 pour MAPFRE.

En plus d’être éprouvantes, ces dernières heures ont vu la flotte se compresser, avec des écarts considérablement réduits.

Distancé de plus de 100 milles hier (samedi), Vestas 11th Hour Racing a diminué son retard de moitié et ne pointait qu’à 47nm de MAPFRE à 13:00 UTC.

Même chose derrière, puisque Team Brunel et SHK Scallywag ne sont qu’à 25 milles de Vestas, après avoir accusé un retard de 80 milles ces derniers jours.

La bonne nouvelle nous vient de l’arrière de la flotte. Après avoir cassé le rail de grand voile lors d’un empannage musclé dans 40 noeuds, team AkzoNobel a finalement réussi à réparer, et navigue désormais à 100% ! C’est une première victoire, et rien de tel pour maintenir un état d’esprit positif, que de reprendre 125 milles en 24 heures ! C’est exactement la distance qui les sépare désormais du sixième, Turn the Tide on Plastic.

À un peu plus de 3,000 milles de Melbourne, point d’arrivée de cette étape, tout reste à faire pour les 7 Volvo Ocean 65 !