Ellen, à la peine…

Ellen Mac Arthur - Castorama
Ellen Mac Arthur - Castorama

Lors d’un appel,dimanche midi, Ellen s’exprimait le problème d’énergie qu’elle rencontre : « Nous avons eu de nombreux soucis techniques depuis le départ pour ce record mais le plus sérieux provient du générateur. A la fin de la semaine dernière, je me suis aperçue que le générateur principal consommait une grande quantité d’huile et que la quantité d’huile embarquée n’était pas inépuisable…En d’autres mots, je n’avais pas assez d’huile pour finir le Tour du Monde avec ce générateur ! Nous avons donc tenté différentes choses pour trouver la solution. On a décidé de passer sur le petit générateur qui nous pose lui aussi des tas de soucis comme l’aération du bateau. La température à l’intérieur est intenable ; elle est montée jusqu’à 48° la première fois que j’ai mis ce générateur en marche ! Le petit générateur refroidit avec l’air et non avec l’eau froide ce qui signifie qu’il, fait très chaud dans le bateau et extrêmement bruyant. Il génère simplement 55 ampères alors que l’autre en générait 200 ! Autrement dit il faut le laisser tourner pendant une longue période…Ca me stresse terriblement ! Nous n’avons pas encore suffisamment éprouvé cette solution pour savoir si oui ou non je peux faire mon travail ! »
“Il faut espérer que tout continue de fonctionner comme maintenant et pendant encore quelques semaines ! D’un côté, je trouve ça un peu démoralisant ! A chaque fois que tu solutionne un problème, il y a autre chose qui arrête de fonctionner ! Les deux premières de navigation ont vraiment été épuisantes. Je n’entre pas dans les mers du Sud dans les meilleures conditions physiques et mentales. Mais d’un autre côté, nous sommes parvenus déjà à faire face à de nombreuses choses. Il faut juste que l’on analyse bien comment on va pouvoir faire dans les mers du Sud… »

« conditions atroces » »..
Ce ne sont pas les conditions de navigation rencontrées ces dernières heures qui vont remonter le moral des troupes !! La nuit passée (samedi à dimanche) fut difficile. Castorama progresse dans le front froid avec des vents de 30 à 40 nœuds au près. Le jeune skipper du trimaran 75’ avouait ce midi « Les conditions de mer sont atroces et j’espère que c’est la première et dernière fois que je vois ça sur ce Tour du Monde ! Castorama et moi sommes dans le front froid dans l’Atlantique du Sud. Notre plus gros ennemi maintenant c’est la mer car les vagues sont gigantesques et viennent taper dans le bateau. On navigue au près. Le bruit est incroyable et je suis souvent projetée de part et d’autre à l’intérieur de Castorama. C’est vraiment très très inconfortable ! C’est très dur de faire la moindre chose, même de bouger à l’intérieur… Ca n’est pas très fun ! Le bateau souffre aussi !»
Les vents de face assez forts d´Est Sud Est à Est vont l´obliger à mettre le cap au sud au cours des prochaines 24 heures et ainsi accrocher la dépression qui va arriver par le Sud Est demain lundi. Cette dernière poussera Castorama vers le Cap de Bonne Espérance.

Position du trimaran Castorama le 12/12 à 14h10 GMT
Latitude / Longitude : 29°08 S / 18°47 W Distance parcourue : 5613 milles
Meilleure distance en 24h : 446,1 milles ( record = 540 milles )
17h 32 d’avance sur le record de Françis Joyon

« 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.