Voiles de Saint Tropez 2010
DR

Si, rating oblige, ni Highland Fling ni Leopard 3 ne joue la victoire en IRC A, groupe qui rassemble les plus grandes unités, maxis et super yachts compris, de la flotte Moderne des Voiles, ces deux voiliers n’en disputent pas moins chaque régate comme une finale de Coupe de l’America. Sur un parcours côtier de 19 milles proposé ce mercredi sous un chaud soleil et dans un vent de secteur sud allant fraîchissant avec l’avancée de l’après-midi, ces deux géants pourtant partis dès le départ sur deux options différentes, se retrouvaient au hasard d’une marque de parcours placée au large, et disputaient un final bord à bord et à pleine vitesse absolument somptueux, conclu par la victoire d’une demi longueur par Highland Fling qui profitait de la déchirure inopinée du grand gennaker de son adversaire….

Le 72 pieds Ran signé Judel Vrolijk faisait longtemps illusion à la faveur d’une très bonne option en milieu de plan d’eau, mais ne pouvait tenir la cadence imposée par les deux géants de tête. Le J Class Shamrock V en tête du général et en temps compensé, s’il ne peut rivaliser en vitesse pure avec les bêtes de course océanique, protège à merveille son avantageux rating en jouant placé à tous les coups.

La superbe flotte des 11 Wally qui régatent sur leur propre "rond" devant la plage de Pampelonne est dominée en temps réel, et sans surprise, par le géant Esense, (Tripp 2008). Les nouveaux venus à Saint Tropez, les 100 pieds Indio et YK3 ne s’en laissent pourtant pas compter, et Indio avec les français Philippe Presti et Philippe Mourniac à la baguette, a tout au long du parcours côtier long de 19 milles menacé la suprématie du grand sloop noir allemand. Légèrement distancé en vitesse pure lors des longs bords de largue, Indio, au prix de choix tactiques parfois osés, a su revenir jusqu’à quelques mètres du tableau arrière du géant. Plus en retrait, Magic Carpet, habitué des honneurs tropézien, bataille cette année ferme avec Y3K et et ce duel offre là encore des engagements de toute beauté, façon match-race à grande échelle.

Deux démâtages
Fait suffisamment rare pour être signalé, la direction de course a déploré deux démâtages aujourd’hui, en tout début de régate des voiliers classiques. Ces incidents de course sont intervenus à vue des côtes, et en tout début de régate ; Harlequin, le petit marconi de Jean Yves Redor perdait son mât suite à une collision, dès le début de la régate du jour lancée dans une dizaine de noeuds de vent de secteur sud. Trois hommes étaient précipités à la mer, vite récupérés par un des nombreux bateaux spectateurs présents sur zone. Un petit moment plus tard, c’est le ketch Bermudien Adria (Tiller 1934) de Cornelius Kotterer qui démâtait, sans dommage là encore fait aux équipiers.