Cheminées Poujoulat BWR
DR

C’est la complexité de la situation qui fait qu’aujourd’hui les deux leaders ont opté, pour la première fois depuis leur entrée en Atlantique, pour deux routes totalement divergentes. Au nord, Jean Le Cam et Bernard Stamm ont choisi de continuer de longer ce front quand Guillermo Altadill et José Muñoz ont préféré partir plein sud à la recherche des vents d’ouest qui balaient les 40es. Pour l’heure, les écarts se creusent entre les deux équipages, mais en s’éloignant de la route directe, le tandem de Neutrogena investit pour l’avenir.

Sainte-Hélène vaut-elle une messe ou bien une procession ? Pour l’équipage de Renault Captur, contraint de se rapprocher du centre de l’anticyclone pour réparer son rail de mât de grand-voile… et peut-être aussi au tempérament joueur, c’est l’heure des incantations pour éviter que le gradient de pression ne s’écroule et ne retienne Jörg Riechers et Sébastien Audigane scotchés sur une route directe au profit de ceux qui ont choisi de faire le grand tour par l’ouest comme Bruno et Willy Garcia (We Are Water), de même que Aleix Gelabert et Didac Costa (One Planet One Ocean & Pharmaton). A bord de Spirit of Hungary, Nandor Fa et Conrad Colman n’en sont pas encore à se poser ce genre de question. Pour l’heure, ils peuvent enfin profiter des sensations que procure un IMOCA lancé à pleine puissance dans les alizés. Blanc ou noir, suivant les jours et les positions respectives de chacun, le pain n’a pas toujours le même goût.

Ils ont dit :

Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) : « On a eu une nuit un peu difficile mais ça va. On n’est pas vraiment dans les mers du sud, ça ressemble plutôt au Pot au noir. On a des grains terribles et entre eux, il n’y a pas grand-chose. On a un petit front dans notre sud, qui nous perturbe, c’est lui qui nous donne du vent, dedans c’est coton, ça va un peu dans tous les sens. On est pas mal occupés avec ce front. On s’efforce surtout de préserver le matériel. Cette nuit, on a eu un grain dans lequel le vent est monté à 37 nœuds, alors que d’habitude on est plutôt à 17-18 nœuds. L’objectif, c’est d’aller crocher les vents d’ouest, descendre pour s’éloigner de ce bazar là. »

Gerard Marin (GAES Centros Auditivos) : « Cette nuit, nous avons bien marché. Le vent est monté, même si ce n’est pas ce qui était prévu. Maintenant on a 20-25 nœuds de vent de l’arrière. C’est plutôt confortable. Il y a une mer courte qui tend à faire des croche-pieds au bateau. C’est pourquoi nous n’avons pas beaucoup de toile. Mais maintenant, les vagues s’organisent et nous allons voir si nous pouvons accélérer. Actuellement on glisse bien, mais on doit rester attentif à la dépression qui se développe sur notre arrière. On souhaite rester prudent. »

Classement à 15h00 :
Cheminées Poujoulat (B Stamm – J Le Cam) à 19 750,1 milles de l’arrivée
Neutrogena (G Altadill – J Muñoz) à 68,3 milles
GAES Centros Auditivos (A Corbella – G Marin) à 118,1 milles
Renault Captur (J Riechers – S Audigane) à 399,6 milles
We Are Water (B Garcia – W Garcia) à 705,9 milles
One Planet One Ocean & Pharmaton (A Gelabert – D Costa) à 903,6 milles
Spirit of Hungary (N Fa – C Colman) à 1126,8 milles