Photo : © Didier Hillaire / SFS

Membre du team SFS avec Lionel Péan, Sofian Bouvet se lance en Diam 24. C’est avec un enthousiasme teinté d’impatience que le Team SFS, concocté par Lionel Péan et emmené par le champion d’Europe de 470 Sofian Bouvet, s’exerce depuis fin 2016 à l’apprentissage du Diam 24, le petit trimaran support du Tour de France à la voile. Sofian et son équipage composé d’Achille Nebout, Gaultier Germain et Noé Delpech ont durant tout l’hiver élu domicile à la Grande Motte où ils participent activement aux sessions organisées sous l’expertise de Franck Citeau par le Centre d’Entrainement de la Méditerranée. Les quatre jeunes marins ambitionnent de briller lors de la grande boucle vélique de l’été, dont le départ sera donné à Dunkerque le 7 juillet prochain. D’ici là, il tarde à ces navigateurs de renouer avec la compétition. C’est le Grand Prix de la Grande Motte programmé du 24 au 26 mars qui va leur offrir l’occasion de se mesurer à la concurrence avant une significative montée en puissance face aux équipes les plus aguerries en avril prochain lors du Grand Prix de Pornichet et du fameux Spi Ouest France.

« A ce point de notre préparation, nous avons tout lieu d’être satisfaits » explique en toute modestie Sofian Bouvet. « Nous enregistrons une progression constante de nos performances et de notre maitrise du support, grâce notamment au soutien de Franck Citeau et de l’expérience accumulée l’an passé par Achille et Gaultier à bord d’un autre Diam 24 (Team Lorina ndlr). Nous avons accumulé les navigations sur parcours construits depuis maintenant plusieurs semaines et multiplié les répétitions de manœuvres de base afin de bien identifier et réaliser nos rôles respectifs à bord. Nous avons connu toutes sortes de conditions météorologiques et seule la très grosse mer manque à notre expérience. Nous observons avec satisfaction la montée en puissance de notre équipe très complémentaire. Nous avons sciemment choisi cette configuration d’équipage réduit, qui simplifie les procédures. Nous sommes très polyvalents et privilégions la simplicité à bord. »
Les quatre marins estampillés SFS présentent des profils très similaires, méditerranéens tous issus de la voile légère, Laser, 49ers et 470. Le Diam 24 est le support idéal pour canaliser leur déjà grande expérience de la régate au contact et au plus haut niveau. « Noé a un parcours assez similaire au mien » explique Sofian. « Il est issu de l’olympisme et excelle au poste de N°1 (à l’avant) et à l’embraque. C’est un garçon déjà très expérimenté. Achille apporte son esprit analytique, synthétique, très important pour progresser de régate en régate. Gaultier est très fort techniquement, très à l’aise sur l’eau, très fluide dans ses interventions. Nous partageons beaucoup entre nous, tant à terre que sur l’eau, ce qui nous a permis de beaucoup progresser cet hiver. » Reste à confronter ce bel et rapide apprentissage à la concurrence.

« Le Grand Prix de la Grande Motte réunira les équipages méditerranéens que nous connaissons bien. Ce n’est véritablement qu’avec notre déplacement en Bretagne que nous serons en mesure de livrer un premier « état des lieux » et apprécier notre véritable valeur à quelques mois du départ du Tour. »
Ils ont dit :
Gaultier Germain :

« Nous sommes d’emblée entrés dans le bain du Diam 24. On a tout de suite trouvé les bons automatismes. Nous essayons de mettre tous les atouts de notre côté et de ne rien laisser au hasard. Nos sessions d’entrainement ici dans le sud sont donc intenses. Nous avons l’impression d’avoir déjà une bonne vitesse et de jouer aux avant postes. A nous de confirmer lors des rendez-vous d’avant Tour… »
Achille Nebout :

« Nous avons bien travaillé cet hiver, très intensément avec un très bon entraineur, Franck Citeau. En me basant sur mon expérience l’an passé à bord du Diam 24 Lorina, il me semble que nous avons déjà une bonne carburation. J’ai longtemps été adversaire de Sofian sur l’eau et c’est un plaisir de naviguer avec lui. On se connait bien et l’ambiance à bord est excellente. »
Noé Delpech :

« La Grande Motte nous offre de très bonnes conditions de préparation. Nous avons travaillé avec beaucoup d’application, avec de nombreuses sessions bien structurées, tant sur l’eau qu’à terre dans la préparation physique. Le Diam est un bateau très technique que je découvre avec Sofian. Nous avons opté pour un équipage réduit, qui simplifie le fonctionnement et accélère la complémentarité. Il nous tarde de monter en Bretagne nous confronter avec les cadors de la classe. »

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE