Derek Hatfield sur Active House
DR

La météo ne facilite toujours pas le voyage vers la Nouvelle-Zélande. Déjà au Cap, la tempête avait imposé un report de quatre jours pour lancer le départ de cette seconde étape longue de 7000 milles. Désormais, ce sont des vents contraires qui imposent une descente plein Sud aux quatre marins. Il fallait attendre longtemps avant de mettre le clignotant à gauche, vers l’Est et l’archipel des Kerguelen, leur première porte de passage obligatoire au coeur de l’océan Indien. Le leader Derek Hatfield a été le premier à mettre le cap vers l’est et en ce faisant crueuse son écart.

« Pour le moment, les prévisions météo sont assez incertaines. Il semble que nous devions continuer de faire du près vers le Sud, » disait hier le Polonais Zbigniew Gutkowski à bord d’Operon Racing. « Il n’y a pas encore de porte de sortie vers la gauche. Nous verrons bien! Il n’y a que deux noeuds de vent mais il devrait se lever prochainement. »

En effet, les conditions sont assez inhabituelles au large de l’Afrique du Sud, où les skippers anticipaient une mer forte et des coups de vent, mais sont confrontés par un faible vent de face et un fort courant adverse. Hier les bateaux progressaient à moins de 4 noeuds dans de telles conditions, car le courant des Aiguilles et un des plus fort au monde.

Les obstacles tant redoutés dans les mers du Sud sont déjà signalés. « Je pense que nous allons devoir descendre jusqu’à 47° Sud, mais il y a eu un message comme quoi un iceberg avait été repéré. Et personne ne sait combien de growlers lui tournent autour. »

Deux journées après le départ du Cap, Derek Hatfield mène toujours la flotte, étant positionné à l’est de la flotte. Hier ses poursuivants, Le Pingouin de Brad van Liew et Operon Racing étaient bord à bord pendant la journée, comme confirmé par Gutek. « J’ai peu dormi. Et maintenant, si je lève la tête, je peux apercevoir Brad. Il est tout proche, un peu plus au vent. C’est d’ailleurs ce qui m’a empêché de dormir cette nuit. Il était à 200 mètres de moi et je ne sais pas s’il dispose d’un bon radar à bord. »

Cependant Gutek a continué de plonger vers le sud tandis que Brad van Liew a mis plus d’est dans sa trajectoire pendant la nuit, ce qui lui donne un avantage au classement de 7 heures ce dimanche matin. Le Polonais est désormais tout proche du Britannique Chris Stanmore-Major, mais ne progresse plus qu’à 2 noeuds. Mais la route est encore longue pour rejoindre Wellington.

• 1. Derek Hatfield à 6623 milles de l’arrivée
• 2. Brad Van Liew à 35 milles du leader
• 3. Chris Stanmore-Major à 60 milles du leader
• 4. Zbigniew Gutkowski à 61 milles du leader
• 5. Christophe Bullens au Cap à 276 milles du leader