Départ prudent pour un tour de la Sicile express

Depart Middle Sea Race
DR

Lors du briefing météo, les spécialistes ont rapidement annoncé la couleur. Les concurrents devront faire face à de forts vents dimanche matin dans le sud ouest de la Sicile, pouvant atteindre les 45 nouds. De nombreux grains sont à craindre et l’Etna pourrait même se retrouver sous la neige. Autant dire que cette édition 2007 de la Rolex Middle Sea Race débute dans une atmosphère tendue. Dès la sortie de cette réunion, 4 propriétaires ou skippers ont décidé de ne pas prendre part au départ de la course.

C’est pourtant dans une atmosphère joviale et détendue que le comité de course a donné le départ dans les 5 catégories différentes, des plus petits aux plus grands, des monocoques aux multicoques. Malheureusement, de nombreux participants ont rapidement rebroussé chemin afin d’éviter les conditions musclées que réservait le détroit de Messine. Au bout de quelques heures de course, le concurrent le plus dangereux pour Rambler a dû également rebrousser chemin et il fait route vers le sud pour certainement regagner Malte. Rambler a dorénavant le champ libre pour faire sa course en tête et tenter de décrocher le record de l’épreuve. Pour mémoire, Rambler n’est autre que l’un des monocoques les plus titrés du bassin méditerranéen, qui officiait avant sous le nom d’Alfa Romeo avec un certain Neville Crichton à la barre. Par trois fois, Crichton a tenté de réduire ce temps de course mais n’a malheureusement jamais réussi. Les conditions de cette année devraient peut-être tourner à l’avantage de George David. A 23 heures, après 12 heures de course, la tête de la flotte se trouvait à la moitié de la remontée de la côte est de la Sicile. Rambler, quant à lui, dispose d’une avance de 20 milles sur Damiani Our Dream et de 25 milles sur Atalanta II, vainqueur de l’édition de 2005 en temps compensé.

Dans ces conditions météos difficiles, il est certain que les maxis auront plus de facilités à évoluer et le confort à bord risque bien d’être un élément clé dans la gestion de la course. Car avec une mer difficile et de fortes rafales de vent, les petites unités auront du mal à passer et les hommes devraient souffrir autant que le matériel. Si les éditions précédentes ont battu des records de lenteur, cette année 2007 risquerait bien d’affoler les compteurs pour le plus grand bonheur des organisateurs mais également des vainqueurs.

 Au petit matin, une trentaine d’abandons ont été signalée, les uns ayant réussi à regagner Malte, les autres étant dispersés entre les quelques ports de la côte est sicilienne et en Italie.

 Avec la moitié des concurrents hors jeux, la Rolex Middle Sea Race

risque bien de battre un nouveau record, celui du plus grand nombre

d’abandons.