Il y avait du monde à Lorient ce mardi 3 juillet à Cité de la Voile pour accompagner le départ de Marie Tabarly qui hissait les voiles de Pen Duick VI, le monocoque légendaire de son père. Plus de 500 personnes étaient venues saluer le départ d’Elemen’Terre, le tour du monde initiatique à vocation humaniste et environnementale que préparait Marie Tabarly depuis trois ans.

Au programme, 23 étapes du Spitzberg au Brésil, de la Baie d’Ha-long à la Tasmanie et des Galapagos à l’Antarctique, dépassant trois caps légendaires.
A la barre : Marie Tabarly
A chaque escale : des invités. Artistes, sportifs, personnalités de tous horizons.

Ils échangent autour de leurs expériences et de leur vision du monde. Mettent en lumière la beauté et la fragilité de notre planète à travers des pratiques sportives de pleine nature et solides échanges culturels et scientifiques autour de sujets environnementaux. « Je souhaite faire de Pen Duick VI une résidence itinérante, un lieu de rencontre, de réflexion et de transmission pour l’élaboration d’un mieux-être commun » , explique Marie, à l’initiative de ce projet humaniste baptisé Elemen’Terre.

Une série documentaire sera tournée tout au long de l’épopée, mettant en scène les temps de navigation en haute mer comme les activités à terre de Marie et ses invités.

Engagée, entière et aussi passionnée que passionnante, Marie Tabarly a su convaincre des personnalités concernées par l’environnement, d’embarquer avec elle à bord de Pen Duick VI. Elle les appelle les « ambassadeurs » d’Elemen’Terre. Parmi eux, on retrouve Yann Tiersen, Titouan Lamazou, Samuel Le Bihan … L’écrivain Sylvain Tesson et le comédien Jacques Gamblin seront aussi de la partie. Du côté des sportifs, la filiation est résolument écolo avec, par exemple, le plongeur-photographe sous-marin Jean-Marie Ghislain , grand spécialiste des requins ; les apnéistes Aurore Asso et Leina Sato ; le poète et philosophe funambule Théo Sanson ; la snowboardeuse et égérie mondiale de la wingsuit Géraldine Fasnacht … Un vaillant équipage, prêt à transmettre un message d’espoir et d’optimisme. Elemen’Terre est un projet qui fait du bien !
Première étape : une escale au Groenland en juillet puis en Islande à la rentrée
Pen Duick VI met le cap au Sud du Groenland, pour y naviguer au début du mois d’août entre le mythique Cap Farvel et la localité de Narsarsuaq, afin de comprendre comment cette région, très exposée au réchauffement climatique, s’adapte. Puis l’équipage prendra de l’altitude avec un groupe de funambules menés par Théo Sanson, en escaladant une falaise de 1000 mètres, « l’Ulamertorsuag » située dans le Fjord Tasermiut.

Jacques Godin, le peintre breton, graveur et créateur de vitraux, prendra lui aussi part à cette première étape au Groenland avec pour objectif, une grande expo des œuvres qu’il aura réalisées sur place. Jacques Godin connait bien cette région reculée du monde et fera profiter toute l’équipe de son savoir, ses expériences passées sur cette terre et son regard d’artiste…

Début septembre, c’est en Islande que quatre nouveaux invités retrouvent l’équipage. Alors que l’apnéiste professionnelle Leina Sato et son mari le grand photographe sous-marin Jean-Marie Ghislain étudieront la communication inter-espèces entre l’Homme et les cétacés (rorqual et orques), le compositeur Yann Tiersen et son épouse la multi-instrumentaliste Emilie Quinquis souhaitent composer un album complet à bord, en y incorporant les sonorités des fonds marins.