Départ de la course Les Sables – Les Açores – Les Sables :

0
160

La 7e édition de « Les Sables – Les Açores – Les Sables », la grande course au large des Mini 6.50 et qualificative pour la Mini Transat – La Boulangère 2019 part ce dimanche. A ce jour, pas moins de 59 solitaires (45 en bateaux de série et 14 en proto) ont confirmé leur participation à l’épreuve. Une épreuve exigeante dont le parcours – 2 540 milles en deux étapes, sous forme d’aller-retour entre Horta, sur l’île de Faial, aux Açores, et les Sables d’Olonne, en Vendée – réunit tous les ingrédients permettant de pimenter le jeu un maximum, avec une multitude de choix stratégiques et autant de routes possibles.

« On atteint ainsi presque le nombre record de participants qui remonte à la première édition de la course, en 2006 (70, ndlr). Pour nous, organisateurs, c’est une satisfaction, mais c’est aussi et surtout une belle preuve de confiance de la part de la Classe Mini et des coureurs », note Marc Chopin, le Président du Club Les Sables d’Olonne Vendée Course au Large qui chapeaute l’épreuve pour la deuxième fois consécutive et qui se réjouit d’accueillir à la fois des novices et des vieux routards du circuit Mini. « La course Les Sables-Les Açores-Les Sables propose un véritable parcours hauturier, exigeant et particulièrement formateur pour tout marin qui souhaite s’élancer dans l’aventure d’une traversée de l’Atlantique », ajoute Marc. De fait, le format de la course est un parfait galop d’essai pour la Mini-Transat dont elle est également qualificative. « Le parcours est très complet dans la mesure où il peut offrir tous les types de temps, et notamment des phases de transitions parfois très complexes à gérer en cette période estivale », confirme Denis Hugues, le Directeur de la Course.

Un parcours complet

Les principales difficultés ? « Assurément la traversée du Golfe de Gascogne et le passage du cap Finisterre, toujours un peu chaud pour des petits bateaux de 6.50 mètres avec l’accélération du vent, même si, à cet endroit, en fonction de la météo, les coureurs ont le choix de raser la côte ou de partir plus au large en passant à l’extérieur du DST (dispositif de séparation de trafic). Dans les points durs, il y a aussi l’incertitude d’un atterrissage sur les Açores, avec de nombreuses zones sans vent que les solitaires vont devoir anticiper au mieux en passant soit par le nord, soit par le sud », explique Denis concernant la première étape avant de détailler la seconde. « Au retour, tout dépendra s’ils remontent avec une dépression ou pas. Si oui, il leur faudra faire attention pour garder l’intégrité de leur bateau. Dans le cas où l’anticyclone décide de bloquer le passage, il leur faudra faire le tour de la paroisse et remonter quasiment jusqu’à Brest ».

Des têtes de séries à la pelle

Bref, on l’aura compris, ce qui attend les 59 marins de cette 7e Les Sables – Les Açores – Les Sables s’annonce à la fois complexe et intéressant et s’il semble bien difficile de faire des pronostics, on peut néanmoins d’ores et déjà annoncer quelques favoris. Chez les Proto, on peut ainsi citer Erwan Le Méné (Rousseau clôtures) et François Jambou (Team BFR Marée Haute) qui ont terminé sur le podium de toutes les courses d’avant saison auxquelles ils ont participé, mais aussi Jörg Riechers (Lilienthal) ou encore Victor Turpin (Fanao) qui a manifestement déjà bien trouvé les manettes de son nouveau Proto. Du côté des Série, on peut compter sur des solitaires expérimentés tel que Valentin Gautier (Shaman – Banque du Léman) ou Ambrogio Beccaria, l’un des hommes forts du circuit qui peut désormais pleinement exprimer son potentiel à la barre de son nouveau Pogo 3. Cette année, il a déjà remporté la Mini en Mai, le Trophée Marie-Agnès Péron puis la Mini Fastnet et il se verrait bien succéder à Tanguy Bouroullec, le tenant du titre.