C’est sous un ciel bleu et un vent établi d’une dizaine de nœuds que la flotte des 212 monocoques a fait ses adieux à Saint-Tropez en prenant le départ de la course au large de la Rolex Giraglia, direction Gênes en Italie.

La célèbre course de 241 milles via le rocher de la Giraglia au nord de la Corse devrait mettre à l’épreuve la patience et la détermination des équipages en raison du petit temps annoncé en Méditerranée.
A la Fourmigue – le premier point de passage situé à 26 milles du départ – trois 100 pieds viraient déjà en tête : Magic Carpet Cubed, Leopard 3 et Tango, suivis de près par le vainqueur de l’épreuve en 2017, Freccia Rossa.

La course pour la victoire en temps réel promet d’être l’une des plus serrées de ces dernières années, une douzaine de monocoques paraissant en mesure de l’emporter. « Il semble probable que cela prenne entre 24 et 25 heures pour arriver à Gênes », commentait Thierry Peponnet, tacticien sur Tango, l’un des yachts favoris de la course.

Alex Schärer, propriétaire de Caol Ila R et second en 2017 dispose de l’expérience nécessaire pour faire face à ces conditions légères. L’an passé, le Suisse avait parcouru la distance en 33 heures à bord de son Maxi 72 mais il estime que « la victoire en temps réel sera plus compliquée à obtenir cette année pour l’un des Maxi72 en raison de la présence des Wally Cento et de Leopard 3. Lorsque les bateaux sont proches en rating et en performance, le travail de l’équipage et très important. Il va vraiment falloir considérer différentes approches vers le rocher de la Giraglia et lors de la remontée vers Gênes pour espérer gagner ».

Si la victoire en temps réel est convoitée de tous, le prix le plus disputé demeure le Rolex Challenge Trophy ainsi que la montre Rolex décernée au vainqueur de la course en temps compensé. Les premiers équipages professionnels ne devraient passer qu’une nuit en mer. Pour les amateurs, très nombreux sur la course, la route sera beaucoup plus longue.
Cartographie de la Rolex Giraglia 2018 en direct ici .