Delahaye et Meilhat prennent la tête

Delahaye Meilhat Macif 2013 TDBV
DR

Deux manches étaient au programme de cette journée lorientaise avec au programme un parcours technique entre trois bouées, puis le Trophée Guy Cotten, un tour de l’île de Groix. Au fur et à mesure des passages de marques, on a pu assister à une valse des leaders à l’occasion de deux régates spectaculaires. Au final, ce sont Paul Meilhat et Fabien Delahaye qui font la bonne opération à la veille de la dernière course de ce Tour de Bretagne.

Dès 11 heures, le comité de course envoyait un premier parcours banane dans les courreaux de Groix. Mer belle, vent d’ouest de 10 à 12 nœuds, c’était les conditions idéales pour un parcours technique. D’emblée quelques équipages se mettaient en évidence, notamment Sepalumic de Fred Duthil et Yohann Richomme qui prenaient un départ d’anthologie à la bouée de bout de ligne, pile dans le timing. De l’autre côté du plan d’eau, plusieurs équipages tentaient un bord à la côte, parmi lesquels Agir Recouvrement, Gedimat et Cercle Vert. Mais c’est le bord vers Groix qui était payant et voyait Skipper Macif s’emparer des commandes devant Sepalumic et Prati Bûches. Dès lors, Fabien Delahaye et Paul Meilhat n’allaient plus lâcher la tête de course, malgré quelques rebondissements. Ainsi Bretagne Crédit Mutuel Espoir réussissait à revenir au contact dans le premier bord de spi malgré un passage très moyen à la première marque et virait en deuxième position à l’issue de ce premier bord de portant. D’autres, au contraire, faisaient les frais de cette descente sous spi dans un vent mollissant, comme Cercle Vert ou bien encore Generali. Bref ! Il y avait de quoi se triturer les méninges dans un vent qui ne cessait de varier en force comme en direction. Il fallait savoir être opportuniste, ce que faisait à merveille le trio Skipper Macif, Sepalumic, Bretagne Crédit Mutuel Espoir qui finissait dans cet ordre le parcours banane.
A peine le temps de faire une petite pause et les coureurs enchaînaient sur le trophée Guy Cotten, le tour de l’île de Groix. Le fabricant des cirés mythiques, trop tôt disparu, aurait aimé cette journée : outre les concurrents du Tour de Bretagne, on pouvait voir aussi évoluer un peu plus au large, les fameux Pen Duick VI et Pen Duick III tandis que Franck Cammas, sur son petit catamaran Class A volait autour de la flotte. Il y avait du beau linge sur le plan d’eau et pas seulement sur les Figaro Bénéteau du Tour de Bretagne.

Une deuxième manche complexe

Pour cette deuxième manche, on retrouvait quelques uns des animateurs du parcours banane de la matinée, à nouveau aux avant-postes. Toujours bien placés, Eric Péron et Aurélien Ducroz confirmaient leurs excellentes dispositions de la veille. Malgré un projet monté à l’arraché, sur un bateau prêté par Michel Desjoyeaux avec des voiles récupérées de droite et de gauche, les deux compères affichent depuis le début du Tour de Bretagne un visage séduisant et pourraient terminer sur le podium. Le bord de près pour monter jusqu’à Pen Men voyait les leaders se succéder au gré des oscillations du vent. Un coup pour les tenants d’une route à raser l’île de Groix, un coup pour ceux qui avaient choisi la droite du plan d’eau. Parmi eux, l’équipage de Bernard Controls avait choisi de rester sagement dans son option en attendant la bonne bascule de vent. Elle arrivait peu avant la pointe de Pen Men à l’arrivée d’un grain. Bertrand Pacé et Jean-Pierre Nicol passaient en revue toute la flotte. Une fois la pointe ouest de Groix enroulée, la messe était dite ou presque. Derrière le tandem leader on trouvait quelques acharnés : Sepalumic, encore très bien placé, Destination Dunkerque et Les Recycleurs Bretons menaient la chasse juste devant Les Ricaurés et Skipper Macif. Pour Fabien Delahaye et Paul Meilhat, la situation était enviable. Devant eux, des concurrents qui ne présentaient pas de danger au classement général et leurs adversaires directs relégués quelques places derrière.

Prati Buches démâte !

Rien ne bougeait ou presque durant la descente le long de la côte sauvage de Groix. Sous spi, la flotte suivait à la queue leu leu jusqu’à la bouée des Chats. Commençait alors un bord de largue serré, alors que le vent montait à nouveau d’un cran. A la lutte avec Skipper Macif pour la cinquième place, Prati Buches voyait son spi claquer violemment et son mât se briser net à la hauteur de la première barre de flèche. Le Tour de Bretagne de Vincent Biarnes et Damien Guillou s’arrête donc sur ce coup du sort. Le bord de largue allait faire quelques dégâts au classement. Il fallait toute l’expérience de Figaristes confirmés pour arriver à tenir un spi de plus en plus instable et à ce petit jeu, certains concurrents moins familiers du support comme les deux navigateurs de Team Vendée, Lucas Rual et Benjamin Dutreux y laissaient des plumes. Il reste que ces jeunes régatiers promettent, comme en témoigne leur premier bord de près du parcours soldé par une deuxième place à la bouée de dégagement. 

L’heure des comptes

Il ne reste plus qu’une course pour désigner le vainqueur de cette édition 2013. En pôle position les deux compères de Skipper Macif vont sûrement commencer à naviguer en fonction de leurs adversaires directs. A rebours, on peut compter sur Nicolas Troussel et Corentin Horeau (Bretagne Crédit Mutuel Espoir) pour essayer de s’extirper du marquage des leaders. Derrière, c’est très serré. Aurélien Ducroz et Eric Péron ne sont qu’à trois points derrière et pointent une longueur devant Cercle Vert. Au final, le bal des prétendants va peut-être faire l’affaire des deux leaders. Mais ce tour l’a montré : personne n’est à l’abri d’une contre-performance.  

Ils ont dit :

Jean-Pierre Nicol (Bernard Controls)
« C’est une bonne chose. Ce matin, c’était l’anniversaire de ma bien-aimée et je lui avais promis comme cadeau de gagner le tour de Groix. Chose promise, chose due. On a pris un bon départ, ce qui rend tout de suite les choses plus faciles. Maintenant c’est toujours compliqué car on sait que l’île influe beaucoup sur les variations du vent. On a été patient, on a fait notre route sans nous préoccuper de la position de nos adversaires. C’est comme ça que j’aime bien naviguer. Ensuite, on a contrôlé mais ce n’était pas si simple car le vent revenait par derrière, mais Bertrand (Pacé) a su trouver la bonne vitesse. Et puis, on a eu ce bord de largue pour finir : ça fumait, on était par instants à plus de vingt nœuds.
Bertrand est précieux à bord. Il apporte toute sa science du réglage, son expérience. En m’associant avec lui, j’apprends des choses et ça me servira par la suite. »

Fabien Delahaye (Skipper Macif)
« C’est bien, on fait la deuxième meilleure performance de la journée derrière Fred et Yoann. Du coup, on repasse en tête au classement général. Au moins notre destin est entre nos mains. C’est clair qu’on aura le classement général en tête. Si deux flottes prennent des bords opposés, on choisira plus tôt celle où sont nos adversaires les plus dangereux. »

Lucas Rual (Team Vendée)
« On est là pour apprendre avant tout. On s’attendait à un très bon niveau et on n’est pas déçu. Les gars de devant vont vraiment très vite, c’est impressionnant. C’est dans les transitions que l’on souffre. Sur le dernier bord de largue, on perd sept places, parce qu’on n’arrive pas à tenir le spi. On était bien parti, parce que la tactique, la stratégie, c’est notre formation, mais ensuite on a pas mal perdu. Sinon, c’est génial d’être là… »

Jeanne Grégoire (Full Irish)
« Cette expérience franco-irlandaise ? C’est top. Aujourd’hui, il y a juste eu le moment où le vent est monté au largue, où tout à coup, je ne trouvais plus mes mots en anglais. Le français est revenu naturellement, mais c’est une superbe expérience. Mais surtout, c’est vraiment trop bien de naviguer. On ne fait pas que des performances, moi aussi je fais par moments des bonnes boulettes, mais vraiment, je me régale… »  

Classement du parcours banane
1 : SKIPPER MACIF (Fabien Delahaye, Paul Meilhat)
2 : SEPALUMIC (Frédéric Duthil, Yoann Richomme)
3 : BRETAGNE – CREDIT MUTUEL ESPOIR (Corentin Horeau, Nicolas Troussel)
4 : LES RICAURE (Aurelien Ducroz, Eric Peron)
5 : PRATI’BÛCHES (Vincent Biarnès, Damien Guillou)
6 : LESS BETON 4 (Romain Joncour, Martin Le pape)
7 : TEAM VENDEE (Lucas Rual, Benjamin Dutreux)
8 : LES RECYCLEURS BRETONS (Simon Troël, Jérémie Beyou)
9 : AGIR RECOUVREMENT (Adrien Hardy, Pierre Le Boucher)
10 : BRETAGNE – CREDIT MUTUEL PERFORMANCE (Anthony Marchand, Ronan Treussart)

Classement du Trophée Guy Cotten (tour de Groix)
1 : BERNARD CONTROLS (Jean-Pierre Nicol, Bertrand Pacé)
2 : SEPALUMIC (Frédéric Duthil, Yoann Richomme)
3 : DESTINATION DUNKERQUE (Thomas Ruyant, Damien iehl)
4 : LES RECYCLEURS BRETONS (Simon Troël, Jérémie Beyou)
5 : SKIPPER MACIF (Fabien Delahaye, Paul Meilhat)
6 : LES RICAURE (Aurelien Ducroz, Eric Peron)
7 : AGIR RECOUVREMENT (Adrien Hardy, Pierre Le Boucher)
8 : CERCLE VERT (Gildas Morvan, Morgan Lagravière)
9 : BRETAGNE – CREDIT MUTUEL ESPOIR (Corentin Horeau, Nicolas Troussel)
10 : GENERALI (Nicolas Lunven, Maxime Paul)  

Classement général provisoire (après 5 courses)
1 : SKIPPER MACIF (Fabien Delahaye, Paul Meilhat) 22 pts
2 : BRETAGNE – CREDIT MUTUEL ESPOIR (Corentin Horeau, Nicolas Troussel) 29 pts
3 : LES RICAURE (Aurelien Ducroz, Eric Peron) 32 pts
4 : CERCLE VERT (Gildas Morvan, Morgan Lagravière) 33 pts
5 : GENERALI (Nicolas Lunven, Maxime Paul) 40 pts
6 : SEIXO HABITAT (Julien Villion, Antoine Koch) 42 pts
7 : DESTINATION DUNKERQUE (Thomas Ruyant, Damien iehl) 43 pts
8 : BRETAGNE – CREDIT MUTUEL PERFORMANCE (Anthony Marchand, Ronan Treussart) 45 pts
9 : BERNARD CONTROLS (Jean-Pierre Nicol, Bertrand Pacé) 49 pts
10 : LES RECYCLEURS BRETONS (Simon Troël, Jérémie Beyou) 49 pts