Dee Caffari : le regard de VDH

0
293
Aviva Challenge
DR

– Le Tour à l’envers est – il  l’épreuve la plus difficile  pour un marin en solitaire ?
" Je crois que oui. Déjà  le fait de décider  qu’on va s’atteler à cette tâche du Tour du monde à l’envers est énorme. Aller au bout , c’est formidable. Il faut comprendre que cela n’a rien à voir avec un Tour du monde classique où on est poussé par le vent. Dans un Vendée Globe, il faut placer son bateau  sur les vagues , négocier des surfs endiablés. C’est  stressant mais ludique. A la différence , rentrer dans chaque vague  en sortir, retomber cela a un côté usant. Ce sont deux histoires opposées.  Pour faire un parallèle avec le vélo  ce n’est pas la même chose de descendre et de grimper  le Mont Ventoux… "
 
– Vous trouvez qu’elle a bien géré son histoire et ses galères ?
" Comme on progresse à l’inverse du déplacement des dépressions, on en a forcément plus qui nous arrivent dessus. Plus on reste longtemps , plus on est exposé et en 178 jours elle n’a pas été épargnée. Elle a tenu bon  dans le mauvais temps et  aussi résolu  certaines galères techniqes (soucis de pilote automatique). Elle avait une grosse assistance à terre mais elle était seule à bord pour gérer. Elle a fait face. "
 
– Elle  a mis  55 jours de plus que vous pour boucler le Tour , comment jugez – vous  sa performance ?
" Elle avait  un coffre fort en acier solide mais  moins rapide que mon voilier Adrien. La performance pour Dee Caffari réside dans le fait d’avoir bouclé l’histoire. C’est la démonstration de sa volonté. Mais pour avoir  déjà dirigé 18 hommes autour du monde sur ce même parcours dans le Global Challenge , elle a forcément un caractère bien trempé ".
 
GD