@ Christophe Favreau

C’est ce vendredi 22 septembre à 17 heures que sera donné, au large de Lorient dans les courreaux de Groix, le départ de la 7è édition des 24 Heures AZIMUT-IMOCA60. Pour cette ultime répétition générale avant la Transat Jacques Vabre 2017, les dix duos réunissant des grandes figures du circuit des monocoques du Vendée Globe et de nouveaux venus à la barre de ces coursiers des mers, le fidèle directeur de course du Défi Azimut, Jacques Caraës, a dessiné un parcours de 225 milles qui tient compte des conditions de petit temps annoncées pour le week-end

Sur mesure et sous toutes les allures
« Pour le départ, on attend du vent de sud assez faible. La flotte ira donc d’abord chercher un peu de pression dans l’ouest vers une marque virtuelle Azimut 1 à 60 milles, avant de descendre au près jusqu’à la bouée SN1, à l’entrée de l’estuaire de la Loire. Les bateaux remonteront ensuite jusqu’à Belle-Île à laisser à tribord, puis rejoindront la Basse Jaune des Glénan », détaille celui qui orchestre à terre cette course le long des côtes et îles bretonnes, terrain de jeu idéal pour une « der des ders » en avant-première de la grande transatlantique au programme, à partir du 5 novembre prochain de cette saison 2017 IMOCA en double.

Du reaching, du près et du portant : les 20 marins engagés ne manqueront de rien sur ces 225 milles (415 km environ) de parcours, taillé sur mesure et tracé sous toutes les allures, pour les solliciter autant sur le pont dans l’enchaînement des manœuvres que devant la table à carte pour tirer profit des coups tactiques qui voudront bien s’offrir devant les étraves. Conçu pour varier les plaisirs, le parcours de ce dernier entraînement en mode compétition réunira donc tous les ingrédients pour offrir des retournements de situation entre les quatre « foilers »* et les six monocoques à dérives droites, qui rencontreront des conditions plus ou moins favorables à tour de rôle.

Suivi « live » et PC ouvert à tous
Comme à son habitude, l’équipe de l’entreprise Azimut sur le pont de cet événement nautique a tout prévu pour permettre au public de suivre au plus près, et « en live » cette course préparatoire forcément riche d’enseignements en approche de la Transat Jacques Vabre. Dès demain elle prendra ses quartiers et installera le PC Course à la Cité de la Voile-Éric Tabarly, où les Lorientais et voisins proches sont tous les bienvenus. Pour les autres, une cartographie actualisée toutes les deux minutes et accessible sur le Cartographie permettra de ne pas perdre de vue la progression des bateaux qui sont attendus samedi vers 16-17 heures, sur les pontons de Lorient La Base au terme de ce parcours qui ne laissera aucun répit à ces vaillants concurrents.

Dès dimanche, après une bonne nuit réparatrice, les dix paires de marins retrouveront leur bateau pour disputer les traditionnels « runs » de vitesse et l’incontournable tour de Groix (Chrono AZIMUT-IMOCA60) au programme du rendez-vous lorientais. Pour ces régates ludiques en équipage, qui offrent aux skippers l’opportunité d’embarquer des membres de leur équipe technique et des partenaires, des petits airs sont également annoncés majoritaires. Ces dix protagonistes seront alors rejoints par le 60 pieds Vers un monde sans sida mené par Erik Nigon, invité à participer et à se mêler à la fête sur l’eau, avant le tomber de rideau sur ce 7è Défi Azimut et son plateau de premier choix.

Ils ont dit :
Isabelle Joschke : « Notre participation au Défi Azimut s’inscrit dans le cadre de notre entraînement pour la prochaine Transat Jacques Vabre. Se mettre en situation de course est la meilleure manière de progresser. »
Alan Roura : « Le Défi Azimut sera l’occasion pour nous de poursuivre l’entraînement et la prise en main de notre nouvelle monture tout en se confrontant à nos futurs concurrents sur la route du Brésil. »
Louis Burton : « Ces derniers mois, nous avons passé beaucoup de temps sur l’eau afin de nous entraîner et créer une relation indéfectible entre nous trois : Servane, moi, et le bateau qui procure des impressions de puissance très impressionnantes. Après la Cowes-Dinard, notre parcours de qualification jusqu’à Horta et Fastnet cet été, ce Défi Azimut 2017 s’inscrit dans notre philosophie de préparation sur le long terme, qui consiste de continuer à naviguer en course pour engranger de l’expérience et monter en compétitivité. »