06/06/2017 - Bermuda (BDA) - 35th America's Cup Bermuda 2017 - Louis Vuitton America's Cup Playoffs semi-finals, Day 3

Les conditions de vent s’annonçaient encore musclées aujourd’hui avec 28-35 nds pour les 4 challengers encore en lice dans les PlayOffs. La limite des 24nds a été largement dépassée et à 14h, heure locale, le directeur de course Ian Murray a décidé de reporter les courses à jeudi où les conditions devraient être parfaites.

Avec 3 points chacun, Team New Zealand et Team Japan skippé par le néo zélandais Dean Barker ont encore 2 matchs à gagner pour accéder à la finale des Challengers. Une finale presque Kiwis et qui pourrait être une revanche pour Dean Barker qui se retrouverait ainsi en finale face à son ancienne équipe qui l’a débarqué il y a 3 ans.

Les Anglais ont marqué un point après l’abandon des Kiwis hier suite à leur chavirage mais devraient logiquement s’incliner face aux néo-zélandais si ceux-ci parviennent à réparer leur bateau avec leur shore team très expérimenté et qui auront peut-être une journée supplémentaire si le vent forci et que les courses sont reportées. Sir Ben Ainslie et son équipe ont énormément progressé et le bateau va vite dans la brise mais ils ont encore du mal à rendre la copie parfaite face à des kiwis jusqu’à maintenant impériaux. Si les Kiwis ne parviennent pas à réparer et ne s’alignent pas sur les deux manches du jour, les Anglais pourraient rattraper leur retard. Une hypothèse peu probable compte tenu de la qualité du shore team neo-zed mais on ne connait pas les dégâts structurels éventuels du bateau kiwis.
Les Suédois montrent encore une fois qu’ils sont capables du meilleur comme du pire. Ils ont le bateau pour s’imposer face à Team Japan surtout dans la brise mais font trop d’erreurs face à l’expérimenté Dean Barker qui maîtrise de mieux en mieux son bateau, un sister-ship d’Oracle. La crise de colère en direct de Ian Percy après que son équipe Artémis ait écopé d’une pénalité montre la fragilité psychologique de l’équipe. Dos au mur, ils ont montré qu’ils pouvaient rebondir. Pour le spectacle et pour les Suédois, un 5-1 infligé par les Japonais serait une punition sévère et pas méritée pour cette équipe.