La course au large embarque le big data

Lorient la base, vendredi 21 septembre 2018, départ des 24h AZIMUT.

La course au large est passée à l’aire du foil et, qui dit foiler, dit capteurs de données : sécurité et vélocité obligent. Ainsi, en Ultime comme en Imoca, les capteurs sont partout (3 à 400 sur un Ultime). Ils génèrent des flux de données à haute fréquence, qu’il faut ensuite pouvoir analyser…
D’une manière générale, du Mini au multicoque en passant par le Figaro Bénéteau et les Class40, les exigences de performance sportive et architecturale vont crescendo.
Coureurs, architectes, équipes de course au large disposent aujourd’hui de données de plus en plus riches. Reste à pouvoir en tirer les enseignements pertinents et objectifs… Comment ?  Quel outil serait capable d’analyser des milliards de données ? Quel outil pour analyser une transat voire un tour du monde dans sa globalité en quelques clics ? Aujourd’hui, ça n’existe pas.

Une solution à l’horizon…
Olivier Douillard, coureur de haut niveau depuis 30 ans, performeur sur la Coupe de l’America, pour des équipes du Vendée Globe et au sein du team Gitana depuis 10 ans, ingénieur projet pour Adrena… a une solution à proposer.
A l’occasion de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, AIM45, la société créée par Olivier Douillard, lance, avec l’appui d’un réseau d’experts*, un outil qui va ouvrir de nouvelles perspectives en matière d’analyse de course au large.
A l’issue de leur transat, les 123 solitaires de cette mythique épreuve pourront, par le biais de cette nouvelle plateforme d’analyse de performance, visualiser et analyser leur trace entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre, dans sa globalité, sous tous les angles et en quelques clics…

* Cityzen data (Big Data pour Time séries), IMT Atlantique (LUSSI/Lab-STICC/DECIDE) école d’ingénieur et laboratoire de recherche, Pixel-sur-Mer (datalogger et mesures de déformation)