Class40. Basile Bourgnon et Emmanuel Le Roch qualifiés pour la Transat Jacques Vabre

Class 40 EDENRED, Skipper Emmanuel Le Roch, à l'entrainement avant sa participation à la Route dru Rhum 2018, en Baie de Quiberon le 19 septembre 2018, photo Jean-Marie LIOT / Edenred

Le duo du Class40 Edenred a profité de bonnes conditions météorologiques pour prendre le large avec en tête un double objectif : s’entraîner et s’acquitter du parcours de qualification requis par la direction de course de la Transat Jacques Vabre. Après cinq jours de navigation et 1050 milles parcourus, Emmanuel Le Roch et Basile Bourgnon sont officiellement qualifiés pour la Transat Jacques Vabre dont le départ sera donné le 27 octobre au Havre.

Le baccalauréat et la qualification en poche pour Basile Bourgnon
Il manquait seulement deux prérequis à Basile Bourgnon, benjamin de l’épreuve (17 ans) pour se projeter au départ de la célèbre transatlantique en double : l’obtention de son baccalauréat – qu’il a décroché le 5 juillet dernier avec mention – et la qualification officielle en double avec Emmanuel le Roch à bord du Class40 d’Edenred. Les deux précieux sésames en poche, le jeune marin a réuni toutes les conditions pour prendre le départ de sa toute première course au large. En attendant, les entraînements vont se poursuivre pour le duo d’Edenred et Basile fera sa rentrée comme tous les jeunes de son âge début septembre en IUT sciences et génie des matériaux. Si tout lui sourit, il ne se met pas de pression pour autant et mesure la chance que lui donne Edenred de pouvoir combiner ses études et cette prochaine expérience de large. « Le projet me correspond et va me permettre de progresser aux côtés d’Emmanuel qui connait parfaitement son bateau. Mais ce n’est pas parce que je m’appelle Bourgnon que je vais réussir ! Cette transat, c’est une première, c’est l’inconnu pour moi. Je pars de zéro et je dois me faire un prénom. Le nom, je l’ai et j’en suis fier. Maintenant, il faut que je me débrouille seul et que je prouve de quoi je suis capable », précise Basile.

Conditions variées pour une qualification rondement menée !
Parti lundi dernier de La Trinité-sur-mer, l’équipage d’Edenred a mis le cap au Sud-ouest dans le golfe de Gascogne pour aller virer un way-point situé à environ 100 milles dans le Nord du Cap Finisterre avant de rallier le phare du Fastnet à l’extrême Sud de l’Irlande. Après 1 050 milles parcourus, Emmanuel Le Roch et Basile Bourgnon étaient de retour à la Trinité-sur-mer samedi en fin de journée tout juste cinq jours après leur départ. « Nous avons eu des conditions magnifiques. Une traversée du golfe de Gascogne avec du vent et une mer plate puis les choses se sont corsées après le Fastnet avec 25- 35 nœuds de vent et une mer soutenue. La dernière nuit, nous avons eu des orages avec de grosses oscillations du vent et jusqu’à 50 nœuds dans les rafales. C’était ambiance « Pot au Noir » avant l’heure ! Ça met dans le bain de la transat et surtout, c’est toujours intéressant d’être confronté à ce type de condition avant une course. On a testé le bateau, nos réflexes, et en prime, on a eu un petit souci de drisse de gennaker qui nous a obligé à faire une petite ascension dans le mât. C’était un entraînement complet et je suis très confiant pour la suite », explique Emmanuel Le Roch. Basile assure vraiment et connait déjà le bateau par cœur. Au grand regret de sa maman Caroline, je dois admettre qu’il est dans son élément et qu’il est fait pour ça ! » s’amuse le skipper d’Edenred.

Sport Dans La Ville : rencontre et navigation avec des jeunes de la banlieue parisienne.
Fin avril, Emmanuel avait partagé une journée avec une vingtaine de jeunes de Sarcelles avec l’association Sport Dans La Ville pour échanger sur son métier, sa passion et pour les initier à la voile sur le lac de Cergy. Samedi 27 juillet, ce sera au tour de sept jeunes de la région parisienne qui ont entre 16 et 20 ans de venir découvrir l’univers de l’équipage d’Edenred à La Trinité-sur-Mer. Au programme, une journée de navigation en baie de Quiberon sur le Class40 et une escale sur la jolie petite île d’Hoëdic. Une belle parenthèse iodée, très éloignée de leur quotidien, qu’ils ne sont pas près d’oublier !