Class40. Aymeric Chappellier en vainqueur à Horta !

@ Christophe Breschi

Aymeric Chappellier, Rodrigue Cabaz et Éric Quesnel sont arrivés à Horta ce mardi matin bouclant ainsi en vainqueurs les 2 230 milles de la première étape du Défi Atlantique après un peu plus de neuf jours de mer. Neuf jours durant lesquels ils ont constamment occupé la tête de la flotte, déjouant au mieux tous les pièges qui se sont succédés sur leur route. Neuf jours à l’issue desquels ils engrangent un bonus d’une dizaine d’heures sur la concurrence avant d’attaquer le deuxième round programmé le 8 avril prochain.

@ Christophe Breschi

« On est content de remporter cette première étape et content aussi d’arriver parce que la fin de course n’a pas été facile avec du près, du près et encore du près. On a vraiment planté des pieux ces derniers jours. La mer n’était pas si grosse que ça, mais vraiment casse-bateaux. En plus de ça, le vent s’est montré très instable avec des bascules jusqu’à 40% et des variations de 18 à 28 nœuds. Même dans le pouf, on faisait des bonds tellement ça cognait ! », a déclaré Aymeric Chappellier à son arrivée aux Açores, ce mardi matin, bien éprouvé certes, mais avec le sentiment du travail bien fait.

De fait, lui et son équipage ont parfaitement bien négocié leurs trajectoires sur ce morceau de 2 230 milles entre Pointe-à-Pitre et Horta. « On a enroulé toutes les bouées du parcours en tête. Il n’y a pas eu de question. Je que je ressens aujourd’hui, c’est un peu comme à la montagne lorsque l’on descend une belle combe de neige et qu’une fois arrivé en bas, on regarde en arrière en se disant qu’on a fait une belle trace. Là, c’est exactement ça : on est content de la manière dont on a frayé notre chemin. On a su aller aux bons endroits aux bons moments », a ajouté le skipper du Class40 aux couleurs de l’association AINA Enfance et Avenir qui a ainsi terminé avec une avance de plus de 80 milles sur ses poursuivants les plus proches. « On a une dizaine d’heures de bonus mais ce n’est pas tant que ça. Pas question donc de se reposer sur ses lauriers. Il va falloir bien préparer la suite et notamment faire un bon gros check du bateau surtout que la job-list s’est un peu allongée ces derniers jours », a souligné le Rochelais, satisfait par ailleurs de sa première expérience de transat Ouest-Est. « C’est super intéressant mais aussi hyper complexe. Pas nécessairement au niveau de la stratégie globale mais plutôt au niveau de la finesse des trajectoires. C’est vraiment un exercice qui me plaît bien, même si le froid pique un peu dans ce sens-là ! », a terminé Aymeric Chappellier qui va, dans l’immédiat, profiter d’un peu de répit avant de rempiler pour la deuxième manche, lundi prochain.

Rédaction Perrine Vangilve