Class40. Antoine Carpentier a mis à l’eau son Mach 40.4 Redman

Antoine Carpentier mise à l'eau de son Class40 Redman @ C. Breschi

Le nouveau Class40 d’Antoine Carpentier aux couleurs de Redman a été mis à l’eau ce mercredi 2 septembre à La Trinité-sur-Mer. C’est donc une nouvelle phase qui s’ouvre pour le skipper, d’ores et déjà impatient de découvrir ce que son Mach 40.4 a dans le ventre lors des premières navigations techniques, mais aussi – et très vite -, lors de sa première confrontation. Le Morbihannais, qui n’est pas du genre à amuser le terrain, s’est en effet engagé sur la Normandy Channel Race. L’épreuve, réputée pour son parcours exigeant, s’ouvrira dès le 13 septembre prochain avec, au programme, une boucle d’environ 1000 milles en Manche et en mer Celtique, au départ et à l’arrivée de Caen. Un premier galop d’essai idéal pour tester et prendre en main la machine, que le double vainqueur de la Transat Jacques Vabre a choisi d’effectuer en double avec Nicolas Groleau, le directeur du chantier JPS Production.

Lancée en février dernier, la construction du Mach 40.4 d’Antoine Carpentier qui portera, entre autres les couleurs de Redman, promoteur engagé pour une ville durable et plus inclusive, est désormais terminée. Le bateau nouvelle génération aux allures de scow choisi par le navigateur est désormais dans son élément. Sorti du hangar de chez JPS Production puis quillé vendredi dernier, le plan Sam Manuard a, en effet, été mâté et mis à l’eau ce mercredi. Un jour forcément particulier pour le skipper Morbihannais qui attaque à présent une nouvelle phase de son projet. « J’ai hâte de le découvrir sur l’eau. Dans un premier temps, nous allons effectuer les tests obligatoires de jauge puis enchaîner quatre jours de navigations techniques durant lesquels nous allons procéder aux premiers réglages et aux premières calibrations des différents systèmes du bord. Très vite, nous poursuivrons avec le convoyage en équipage réduit du bateau entre La Trinité-sur-Mer et Caen. Caen, ville de départ de la Normandy Channel Race », explique le navigateur qui va donc rentrer rapidement dans le vif du sujet. « Les objectifs, à ce stade, seront évidemment de finir la course et pourquoi pas de jouer la gagne », détaille Antoine, qui devra sans doute réaliser quelques petits ajustements lors de cette première confrontation. « Cette première épreuve nous permettra de tester, de valider et/ou d’améliorer différents points, y compris sur les voiles sur lesquelles nous avons commencé à travailler avec Technique Voile », souligne Antoine qui ne pouvait pas espérer meilleur exercice pour observer et appréhender son nouveau Mach 40.4.

TESTER, AMELIORER, VALIDER
« C’est une course exigeante, un parcours à la fois complet et technique sur lequel on peut avoir tous les types de conditions, notamment à cette période de l’année », assure le marin trinitain qui s’apprête à s’aligner au départ de la compétition pour la quatrième fois après ses participations avec Catherine Pourre en 2016 (abandon), puis avec Maxime Sorel en 2017 et 2018 (3e et 4e). « J’ai fait le choix de Nicolas Groleau pour m’épauler. Non seulement il connait bien le Mach 40.4 mais il est aussi un coureur affûté », souligne Antoine qui a déjà signé avec le patron du chantier JPS Production une victoire sur le fameux Spi Ouest-France en 2017 dans la catégorie des Open 7.50. « Ce sera notre première navigation au large ensemble mais c’est un très bon barreur et il sera assurément un atout pour viser la performance. La Normandy Channel Race est un combat de rue qui dure cinq jours. C’est clairement de la régate au contact et rien n’est jamais joué car le tracé est truffé de passages à niveaux », rappelle Antoine qui aura face à lui 26 tandems, parmi lesquels ceux dotés des bateaux dernière génération comme lui. Un premier test grandeur nature qui promet donc d’être riche en enseignements et qui sera rapidement suivi d’un autre, le Spi Ouest-France programmé du 24 au 27 septembre. On l’a dit, pour Antoine Carpentier, le temps est précieux. Pas question de perdre une minute. La Transat Jacques Vabre, le gros objectif de sa saison 2021, se profile d’ores et déjà à l’horizon et la course aux co-partenaires aux côtés de Redman ne fait que débuter. Avis aux amateurs !

Matthias Navarro, co-fondateur de Redman : « La mise à l’eau du bateau a été à la fois un moment impressionnant et très émouvant. Ces derniers mois, il y a eu énormément de travail réalisé, surtout de la part d’Antoine, et c’est à présent la concrétisation d’un partenariat que l’on attendait depuis longtemps. Antoine est un ami avant tout et, bien évidemment, un super navigateur. Nous nous sommes retrouvés sur le fait de monter ce partenariat, mais également sur des valeurs communes. Redman est un promoteur engagé pour une ville bas carbone et inclusive, et Antoine est lui aussi très attaché à réduire son empreinte carbone. A présent, c’est une nouvelle phase du projet qui s’ouvre. C’est le début d’une belle aventure et nous sommes ravis. Nous donnons beaucoup de bonnes ondes à notre skipper pour ses futures courses : la Normandy Channel Race dont le coup d’envoi est programmé dans moins de dix jours, mais aussi et surtout la Transat Jacques Vabre en 2021 et la Route du Rhum en 2022. »