First aerial images of IDEC SPORT maxi trimaran, skipper Francis Joyon and his crew, training off Belle-Ile, Brittany, on october 19, 2015 - Photo Jean Marie Liot / DPPI / IDEC

Après avoir affronté une tempête de l’Atlantique Sud dans une « ambiance shaker », pour Bernard Stamm, l’équipage d’IDEC poursuit sa route plein nord et porte son avance à 2176 mn. Une progression que Loick Peyron « n’ose plus regarder tellement ils vont vite » dans dans un récent article du matin.ch.  » C’est absolument incroyable ce que Francis (ndlr: Joyon) et ses hommes sont en train de réaliser…« . Et c’est vrai, chaque jour qui passe rapproche l’équipage du trimaran rouge du Graal qui se trouve à un peu plus de 5000 mn.

Un record que l’équipage va chercher dans des conditions extrêmes comme hier : « On n’avait encore jamais fait ça, du portant sous deux ris-J2, les plus petites voiles. Mais on a été obligés de réduire énormément, la mer déferlait beaucoup, le bateau partait à 45° sur les vagues et il plantait en retombant », décrit Francis Joyon, dont la voix témoigne qu’il reste tout à l’écoute des secousses du bateau. « C’était très chaotique, et cela commence seulement à s’arranger un peu. »

À 750 milles au large des côtes sud américaines, le grand trimaran rouge et gris a progressé hier cap au nord-est à 28 nœuds. « L’objectif va être désormais d’attaquer les alizés assez loin dans l’est de façon à avoir un bon angle pour remonter vers l’équateur », ajoute le skipper d’IDEC SPORT. L’anticyclone de Sainte-Hélène, ultime juge de paix de la remontée au nord, s’il ne promet de ne pas rendre la partie facile et rapide, laissait hier « un bon espoir » de permettre à l’équipage de marins pressés de ne pas traîner en si bon chemin.
Ce qui fut fait cette nuit en permettant à l’équipage d’accrocher la bordure nord de ce rapide système, pour profiter de vents de secteur sud-ouest propices pour à la fois, progresser vers l’est, puis, imperceptiblement, vers le nord. Sur une mer confuse et hachée à souhait, peu favorable aux très grandes vitesses, IDEC SPORT a magnifiquement tiré son épingle du jeu, navigant toute la nuit à près de 30 noeuds, tout en se recalant sur une route de plus en plus efficace en gain vers le nord et en direction des alizés de sud-est en voie de reconstitution au large du Brésil.

Par le travers de Buenos Aires, un ralentissement est attendu aujourd’hui avec un nouvel exercice de placement dans le bon tempo. Une contrariété plus qu’une difficulté qui ne devrait à peine entamer la réserve de milles d’IDEC. Les prochains jours jusqu’à l’Equateur s’annoncent très favorables pour Francis Joyon et son équipage. Le record et l’exploit sont en approche.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE