Charles Caudrelier sur le démâtage de Dongfeng dans le nouveau Course Au Large

CAL juin 2015 Caudrelier
DR

Pouvez-vous revenir sur les circonstances de votre démâtage survenu à l’approche du Cap Horn ?

« Nous naviguions à un ris dans la grand-voile-fractionné (code zéro, ndlr) dans 25-30 nœuds de vent et une mer assez bonne puisque nous étions devant une dépression. J’étais à l’intérieur du bateau quand j’ai entendu un bruit, pas très fort. Comme le bateau continuait à avancer, j’ai d’abord pensé à un safran cassé, mais en sortant, il a fallu se rendre à l’évidence, un bout de mât pendait au-dessus du troisième ris. J’ignore complètement la raison, je pense que nous n’avons pas fait de bêtises évidentes… »

Comment vous êtes-vous organisés pour ramener le bateau à Ushuaia ?

« L’objectif immédiat était de limiter les dégâts et de conserver maximum de choses pour fabriquer un gréement de fortune. Au début, nous étions embêtés parce qu’il fallait se débarrasser d’une partie du fractionné qui était sous le bateau, ce qui nécessitait de se mettre vent arrière, nous avons mis un peu de temps à y parvenir. A partir de là, nous avons réussi à contrôler la situation, même s’il restait un bout de mât qui pendait et la partie haute du fractionné, tenue par la tête, qui battait sous le vent dans le gréement. Nous avons navigué comme ça pendant 24 heures en bâbord amure, à 7-8 nœuds, tout le monde faisait des yeux ronds en regardant en haut. Finalement, Kevin (Escoffier) est monté pour couper tout ça, nous avons réussi à sauver quasiment tout le tube en-dessous de la cassure pour naviguer sous J2-J3, ce qui nous nous a permis de ramener le bateau en temps et en heure à Ushuaia. »

Comment s’est passée votre escale forcée sur place ?

« C’était l’aventure avec un grand A, tu arrives par le canal de Beagle, au milieu des glaciers, c’est assez magique comme décor. Nous étions forcément déçus d’être contraints de nous arrêter, mais finalement, nous avons vécu une expérience incroyable qui nous a soudés encore davantage. (…)

LIRE LA SUITE DANS LE NOUVEAU COURSE AU LARGE

A découvrir également dans ce numéro 67
Vendée Globe : Où en sont-ils ?
Coupe de l’America : le new deal
Francis Joyon : son nouveau défi pour un doublé inédit
Guo Chuan : le  Passage du Nord-Est
Figaro.: Qui pour battre Eliès et Beyou ?
Paroles de skipper : Mon ambition Ultime par Marc Thiercelin
Ultimes : le tour du monde se précise