Fred Duthil (Technique Voile) en tete au passage du Cap Ortegal lors de la 3eme etape de la Solitaire URGO Le Figaro 2018 entre Portosin (Esp) et Saint Gilles Croix de Vie - le 09/09/2018E ~@ A. Courcoux

Thierry Chabagny est parti tout seul au nord alors que la flotte, passé le cap Ortegal, s’est orientée vers l’est pour profiter de la rotation du vent au secteur Nord-Est à Est. Alors que le jour se lève sur le golfe de Gascogne, la flotte perdure dans sa dispersion puisqu’on compte plus de cinquante milles d’écart latéral entre le leader du Nord, Thierry Chabagny et le plus au Sud, Alexis Loison. Dans une faible brise de secteur Nord-Est, sur une mer bien apaisée et un ciel plombé, la journée s’annonce active pour maintenir sa position sans tomber dans un trou de vent.

Les données météorologiques en possession des trente-six skippers de La Solitaire URGO Le Figaro sont bien maigres au regard d’une situation particulièrement fluctuante : le golfe de Gascogne est noyé par une dorsale prolongeant l’anticyclone des Açores et des bulles se forment en plein sur la route directe entre l’Espagne et Saint-Gilles Croix-de-Vie. Et non seulement les prévisions ne permettent pas d’anticiper les zones de calmes qui se succèdent au fond de cet entonnoir, mais en sus les modèles météorologiques ont du mal à cerner ces microphénomènes qui peuvent parfois n’intéresser qu’une plaque de quelques centaines de mètres…

À l’Est du nouveau
Il serait donc présomptueux de donner un avantage à l’une ou l’autre option stratégique prise par les concurrents, même s’il faut bien constater que le groupe de l’Est rassemble nombre de favoris ! Surtout qu’au sein de ce clan qui représente plus de la moitié de la flotte, de mini-décalages entraînent de maxis changements. Ainsi le seul fait que depuis deux heures, le vent ait pris un peu de gauche (plus Nord-Nord Est que Nord-Est), remet dans le match certains retardataires qui avaient choisi de se caler légèrement plus au Nord. À l’image de Justine Mettraux (TeamWork) ou de Benjamin Dutreux (Sateco-Team Vendée) qui par leur position plus septentrionale pointent désormais en tête du groupe « Sudiste » !

Il faut dire que cette bascule provoque un effet « cuillère » au désavantage de tous ceux qui ont plongé les plus au Sud tels Alexis Loison (Custo Pol), Pierre Leboucher (Guyot Environnement), Éric Péron (Finistère Mer Vent) ou Gildas Mahé (Breizh Cola). Mais cette rotation pourrait bien être éphémère car due à la pointe Peñas qui annonce la baie de Gijon. Au milieu de l’après-midi, une cellule anticyclonique doit descendre de la Vendée vers les Asturies, ce qui va rendre la progression de la flotte très laborieuse, qu’elle soit à droite, au milieu ou à gauche ! C’est donc plutôt en cette soirée de lundi que la situation sur l’eau devrait se décanter de manière plus franche, du moins entre les partisans de l’orient et ceux du septentrion…

Ils ont dit

Erwan Tabarly – Armor Lux

« On est un peu étalés, on tire des bords. Moi, je vais chercher une bascule, on verra bien la suite. De toutes façons, on va tirer des bords comme ça jusqu’à Saint-Gilles. Pour l’instant on ne peut pas trop savoir ce qui va se passer. Certains ont décidé de faire du tribord pour peut-être avoir plus de pression. Mais ce n’est pas évident : on ne peut pas trop éviter les bulles sans vent car on ne les voit pas trop dans cette nuit noire… J’espère juste en avoir moins que les autres ! »