Brest Atlantiques. Abandon de Sodebo Ultim 2

Thomas Coville et Jean-Luc Nélias abandonnent. L’impact avec un OFNI (objet flottant non identifié) dans la nuit du dimanche 17 au lundi 18 novembre, au milieu de l’Atlantique Sud a compromis la suite de leur course les obligeant à s’arrêter ce jeudi à Cape Town pour réparer. Depuis 24 heures le team de Sodebo Ultim 3 est à pied d’œuvre dans le port sud-africain pour réparer les dégâts causés sur l’arrière du flotteur suite à l’avarie du safran tribord.

L’équipe technique a procédé à une inspection précise et minutieuse du trimaran et a découvert ce matin une lésion sur le foil tribord, liée à priori au même impact. En duo, naviguer avec un foil endommagé et un safran en moins sur le même côté peut s’avérer risqué, le bateau pouvant devenir incontrôlable à tout moment.
C’est avec amertume mais avec le bon sens marin que Thomas et Jean-Luc ont pris la décision de ne pas repartir en course. Ils prendront la direction de la France dans quelques jours en équipage de manière à ramener le bateau en toute sécurité.
Cette première course de Sodebo Ultim 3 restera riche d’enseignements et prometteuse pour la suite du programme. En effet depuis le départ de Brest, le trimaran a montré sa fiabilité dans des conditions très engagées et son potentiel pour les prochaines confrontations à venir.

Explications de Thomas Coville :
« Nous sommes arrivés à quai hier à Cape Town après une avarie grave sur le flotteur tribord qui a d’abord arraché notre safran puis l’arrière de ce flotteur. Avant de reprendre la longue remontée pour terminer la Brest Atlantiques, on voulait s’assurer que le bateau était intègre. En investiguant plus profondément on a découvert que le foil tribord avait aussi été impacté. Cela nous empêche de continuer en toute sécurité, dans les performances dignes de la Brest Atlantiques et de ce que nous avions fait jusqu’à présent. La course est partie fort, dans des conditions très musclées pour un bateau neuf et nous avons réussi à faire toute la descente au corps à corps avec les meilleurs. A Rio, après les escales de Macif et du Maxi Edmond de Rothschild, nous passons en tête. Toute la course se déroule bien jusqu’à ce choc violent qui nous a handicapés. Sur une première année et sur une première course on a beaucoup appris. C’était une course à forts rebondissements mais elle a mérité d’être une grande course. C’est une grande frustration de devoir abandonner. Nous allons ramener le bateau en équipage pour des raisons de sécurité et pour que le programme continue. On est en train de construire quelque chose de grand avec ces bateaux et ce n’est que le début. Bon vent à tous ceux qui continuent. »

Patricia Brochard, Co-Présidente de Sodebo :
« La priorité est avant tout dans la sécurité des hommes et du bateau. Nous avons pris cette décision d’un commun accord avec Thomas et toute son équipe à qui nous apportons tout notre soutien.
Je tiens à les féliciter pour leur mobilisation tant en mer qu’à terre. Thomas et Jean-Luc nous ont offert une très belle course. Je remercie aussi Martin qui nous a permis de vivre cette aventure à leurs côtés.
C’est forcément un regret de devoir abandonner mais la suite du programme promet d’être belle. Nous n’en sommes qu’au début de l’aventure Sodebo Ultim 3 et on le sait chez Sodebo, c’est sur la durée que s’écrivent les belles histoires …«