Boris Hermann trace sa route

Boris Herrmann, skipper de l'IMOCA MALIZIA II, à l'entrainement au large de Belle-Ile avant le départ de la Route du Rhum Destination Guadeloupe 2018, le 7 octobre 2018, Photo : Jean-Marie LIOT - www.jmliot.com

Boris Herrmann réalise une belle course depuis le départ et parvient à avancer à son rythme sur Malizia, le monocoque à foils du Yacht Club de Monaco.

« Pour sa première transatlantique en solitaire, Boris réalise un très beau début de course. Il est très combatif dans des conditions particulièrement difficiles, il a touché cette nuit des vents allant jusqu’à 45 nœuds, occasionnant une petite casse, au niveau de l’amure du J3, qu’il a bien réparée. Les trois premiers jours de course étaient très sélectifs. De nombreux IMOCA ont été contraints à faire demi-tour, c’est une réelle satisfaction que Malizia tienne bon. Tout va bien à bord, nous sommes très fiers de Boris », confiait ce matin Pierre Casiraghi, vice-président du Y.C.M. et à l’initiative du projet Malizia-Yacht Club de Monaco. Rappelons que c’est la première fois que le Yacht Club monégasque inscrit un bateau dans cette course prestigieuse, organisée tous les quatre ans.

Après avoir coupé dimanche dernier la ligne de départ à Saint-Malo en 3e position, Boris Herrmann s’est toujours maintenu dans le peloton de tête des 20 IMOCA en lice. Face à des conditions météo qui se sont durcies mardi avec des rafales à plus de 45 nœuds et des creux de 5 à 10 m, occasionnant de nombreux dommages sur l’ensemble de la flotte des 123 bateaux (toutes classes confondues), Boris a continué sa progression, avec une option plus au nord, à l’instar de celle prise par le britannique Alex Thomson (Hugo Boss), le leader actuel. Rien n’est encore joué. Il reste près de 2500 milles nautiques à parcourir pour rejoindre Point-à-Pitre et avec l’approche des alizés, une nouvelle course débute, notamment face à Paul Meilhat (SMA), Vincent Riou (PRB) et Yann Eliès (UCAR-Saint-Michel).