505 milles restent à courir jusqu’à Dieppe pour sceller le sort de Benjamin et de sa 3e participation à La Solitaire URGO Le Figaro. Reposés par trois véritables nuits passées à Concarneau, il va jeter toutes ses forces dans une bataille qui s’annonce passionnante.

Le courant sera comme toujours une variable tactique essentielle mais les faibles coefficients de marée (50 à 70 de lundi à mercredi) limiteront les risques de hold up et le vent ne devrait pas faire défaut : « c’est une étape qui va être très longue avec des conditions qui vont être brouillons et un vent qui va tourner dans tous les sens ce qui risque de jouer sur les nerfs… Il va falloir être lucide pour ne pas s’énerver et faire les bons choix tactiques ».
Benjamin s’élancera sous les yeux de son sponsor principal Sateco qui sera présent pour l’encourager à Concarneau : « C’est génial d’avoir des partenaires comme les miens qui me suivent et me soutiennent au quotidien, c’est une vraie aventure humaine et ça signifie beaucoup pour moi ».

Retour sur son étape 3
Après seulement 24h de repos c’est reparti pour la troisième étape de la solitaire, jeudi 15 juin Benjamin s’élance 10e du classement général : « je n’ai pas beaucoup eu le temps de me reposer avant ce sprint, il faut dire que j’ai puisé pas mal de ressources sur la dernière étape… Ça va être un parcours court mais piégeur, il ne faudra pas se faire avoir par ceux qui connaissent bien le coin. L’objectif est de rester concentré et de ne pas prendre de temps pour être en position d’attaque sur l’étape 4 » !

A 19 heures, ça va vite très vite sur le sprint : Benjamin est 11e à seulement 1 mille du premier et déboule à 9.3 nœuds au large de l’Ile de Groix. La flotte à ce moment-là est encore très groupée, Benjamin est parti pour ne rien lâcher !

Le lendemain dans la matinée, Benjamin est 17e et n’a toujours pas fermé l’œil ! Ça va toujours aussi vite avec une moyenne de 10 nœuds sous spi pour rejoindre la cardinale Sud « Banc de Guérande », et deux grands bords de débridé pour doubler la Teignouse via le plateau de la Recherche. Il n’est qu’à 9.6 milles de l’arrivée mais la flotte pendant la nuit s’est éparpillée et les écarts se sont creusés.

Pour la dernière ligne droite avant Concarneau le vent finit par tomber et Benjamin perd 9 places à quelques encablures de l’arrivée pour finalement terminer 20e à 46 minutes et 9 secondes du vainqueur.
« Je suis très déçu, j’ai manqué de lucidité pour le sprint final alors que j’étais en bonne position je tombe dans une molle… A 5 minutes près ça passait. J’ai pris le risque de ne pas dormir lors de cette étape et ça m’a clairement fait défaut pour le finish de la course ».

Le jeune skipper vendéen concède une place au classement général et passe 11e après ce sprint plus complexe que prévu ! Rien n’est joué Benjamin n’est qu’à 7 minutes de la 7e place et à environ 36 minutes de la 6e place : « Je suis reposé, mon AIS est réparé et j’ai déjà la tête dans la prochaine et dernière étape qui va être décisive » !

En bref :
Benjamin Dutreux : « C’est génial d’avoir des partenaires comme les miens qui me suivent et me soutiennent au quotidien ça veut dire que c’est une vraie aventure humaine et ça signifie beaucoup pour moi. »

EN ROUTE VERS LE VENDÉE GLOBE 2020
« Chaque jour je continue d’avancer et de progresser en ayant pour objectif de prendre le départ du VG 2020, l’Everest des mers !»