Leg 6 to Auckland, day 20 on board Sun hung Kai/Scallywag. David Witt & Alex Gough trying to match speed with AkzoNobel. 26 February, 2018. @ Jeremie Lecaudey/Volvo Ocean Rac

Team AkzoNobel n’a pas voler sa victoire sur cette 6è étape de la Volvo Ocean Race. Souvent bien inspirés, ils ont fait des choix météos judicieux et sont restés à l’avant de la course tout du long. Le finish de cette étape aura mis les nerfs des équipes à rude épreuve avec des écarts infimes à l’arrivée. Grands perdants de cette étape Turn the Tide on Plastic fini dernier et Dongfeng qui n’est pas parvenu à dépasser Mapfre.

La sixième étape de la Volvo Ocean Race restera dans les annales de la course ! Au terme d’un incroyable finish qui a vu cinq des six équipes terminer quasiment à vue, Team AkzoNobel, avec à son bord la Française Cécile Laguette, a signé sa première victoire d’étape, devançant de 2 minutes et 14 secondes Team Sun Hung Kai/Scallywag, tandis que MAPFRE, parvenu à rattraper un retard d’environ 140 milles en moins de 48 heures, complète le podium devant Dongfeng Race Team et fait la bonne affaire au classement général !

Complètement fou ! Au terme de presque trois semaines d’une étape à multiples rebondissements, c’est quasiment un final de match-racing à Auckland que nous a offert mardi (dans la nuit de mardi à mercredi sur place) la quasi-totalité de la flotte engagée sur cette sixième étape partie le 7 février de Hong Kong. Certes, au regard des positions des uns et des autres à l’approche de la Nouvelle-Zélande, on s’attendait à une arrivée au finish, mais pas forcément à cinq bateaux, dans la mesure où dimanche, MAPFRE et Dongfeng Race Team accusaient plus 140 milles de retard sur le trio de tête composé de Team AkzoNobel, Team Sun Hung Kai/Scallywag et Turn the Tide on Plastic.

Mais comme l’avait annoncé Christian Dumard, prévisionniste météo de la course, une zone de hautes pressions située au nord de la Nouvelle-Zélande a totalement rebattu les cartes lors de la dernière journée de mer et permis aux deux leaders au classement général de fondre sur la tête de course et de même se mêler à la lutte pour la victoire en arrivant en baie d’Hauraki ! « Je n’arrive pas à croire que Dongfeng et MAPFRE soient là, il n’y a pas de justice, ça va être une journée difficile », se désolait mardi matin David Witt, skipper de Team Sun Hung Kai/Scallywag, tandis que sur Turn the Tide on Plastic, la skipper britannique Dee Caffari, directement menacée par le retour des deux leaders au général, riait jaune : « Les bateaux rouges reviennent dans la course, vous allez vous moquer de moi : 140 milles derrière et les voilà… »

Finalement, seul le duo composé de Team AkzoNobel et de Team Sun Hung Kai/Scallywag est parvenu à garder à courte distance les deux bateaux rouges et après un ultime empannage une fois Rangitoto Island laissée à bâbord, c’est le premier qui s’est imposé à 13:17 (heure française, 01:17 mercredi sur place) dans la City of Sails après 20 jours 9 heures 17 minutes et 26 secondes de mer de mer, soit la plus longue étape de la course autour du monde depuis le coup d’envoi à Alicante en octobre. Une première victoire d’étape sur la Volvo Ocean Race pour l’équipage de Simeon Tienpont, à bord duquel on trouve la Française Cécile Laguette, qui aura été l’un des grands animateurs de cette sixième étape. Car s’il est d’abord parti en queue de peloton, il est parvenu grâce à une option également suivie par Team Sun Hung Kai/Scallywag, à couper au plus court en Mer des Philippines, ce qui lui a constamment permis de jouer aux avant-postes et de donner le tempo de la flotte.

A l’arrivée, seulement 2 minutes et 14 secondes le séparent de Team Sun Hung Kai/Scallywag, soit l’une des arrivées les plus serrées de l’histoire de la course à Auckland, tandis que MAPFRE prend la troisième place, à un peu plus de 25 minutes du vainqueur du jour, un podium quasiment inespéré pour l’équipage espagnol qui aura passé une grande partie de l’étape en queue de peloton à livrer un duel au couteau avec Dongfeng Race Team… Ce dernier termine juste derrière, avec sur ses talons Turn the Tide on Plastic, finalement le grand perdant de cette incroyable fin d’étape…