Une belle victoire pour Pierre Antoine

Pierre Antoine s’est imposé largement en catégorie Rhum Multi sur son catamaran Olmix.
Il signe sa deuxième victoire dans la Route du Rhum-Destination Guadeloupe, après son succès de 2006 en Class3, remporté sur le petit trimaran de 12,18 m Friends&Lovers (Aujourd’hui aux mains de François Corre. ndlr). Il apporte du même coup sa troisième étoile à son trimaran Rhum Multi de 50 pieds Olmix, vainqueur lui en 1998 et en 2002 en Multi50 sous la houlette de Franck-Yves Escoffier.

En 15 jours, 21 heures, 15 minutes et 5 secondes (avant jury) , à la vitesse moyenne de 9,29 noeuds sur la distance théorique de 3 542 milles, il améliore de près de plus d’une journée le temps établi par Franck-Yves lors de sa victoire d’il y a 16 ans. Au-delà des chiffres et des statistiques, Pierre a surtout impressionné tout au long de sa belle aventure longue de 4 473 milles, par une maîtrise et un sang-froid de tous les instants. Cette victoire est celle d’une harmonie, d’une symbiose réussie entre un homme et son bateau. Si tous les marins sont en quête de cette alchimie, peu l’atteigne, et Pierre, fort de déjà 6 ans d’expérience à bord de cet étonnant plan Browns et Gaudry de 1991, a navigué en mesure, dans le rythme, à l’instinct entre force des éléments et le potentiel d’un bateau en bois et époxy qu’il connait sur le bout des doigts.

Géologue de formation, ce natif de Douai signe peut-être le chef-d’oeuvre d’une carrière de skipper amateur longue de 30 ans. En tête au terme des premières 24 heures de course, il construit son succès dès la difficile négociation du premier front très virulent dans le golfe de Gascogne. Solidement épaulé depuis la terre par son routeur Dominique Vittet, il enchaine deux virements de bord d’école, déclenchés au passage du front au large du cap Finisterre pour se dégager de la flotte loin dans l’ouest, et descendre sur une trajectoire parfaitement optimisée en bordure de l’anticyclone des Açores. Premier à toucher l’alizé, et alors que nombre de ses principaux adversaires jettent l’éponge, à l’image de Fabrice Payen, Charlie Capelle ou Gilles Buekenhout, Pierre va, avec une belle régularité, augmenter son avance dans l’alizé sur ses plus dangereux protagonistes, Jean-François Lilti et Etienne Hochedé. « J’ai toujours eu du vent » admet-il avec humilité, « au-dessus de 20 nœuds, là où Olmix est vraiment performant ! »

Mais la Route du Rhum-Destination Guadeloupe demeure, particulièrement en catégorie Rhum Multi, la grande aventure rêvée depuis 1978, et l’imprévu est toujours au détour du prochain train de vagues. Pour Pierre Antoine, elle va prendre la forme d’un appel au secours de son camarade Lalou Roucayrol, dont le Multi50 Arkema vient de chavirer quelques 260 milles dans son Ouest. Pierre va mettre sa course entre parenthèses pour se porter sur le lieu du naufrage, et récupérer, d’acrobatique manière, le skipper Aquitain en difficulté. Les deux jours suivants, Pierre le solitaire comptera avec la présence amicale de Lalou, qu’il transbordera en haute mer vers le remorqueur venu de Martinique à la recherche d’Arkema.

Mais rien ne pourra décidément entraver la longue glissade d’Olmix dans l’alizé vers la Guadeloupe. Attentif aux crocs en jambe d’un vent imprévisible sous les grains, particulièrement de nuit, Pierre reprend vite ce rythme de vie si totalement lié aux contraintes du bateau. Il négocie de nuit le contournement de la Guadeloupe, sans jamais s’arrêter, et vient signer le plus éclectique des paris sportifs de cette Route du Rhum-Destination Guadeloupe, vainqueur de sa classe Rhum Multi, devançant le premier Rhum Mono, (Sidney Gavignet attendu en soirée), et damant le pion aux ultra véloces Class40, ainsi qu’à un certain nombre de monocoques de la Class IMOCA (7).

——

1er Rhum Multi : Olmix – Pierre Antoine : Arrivée mardi 20 novembre à 11 heures 15 Françaises.

Temps de course : 15 jours, 21 heures, 15 minutes et 5 secondes, 9,29 noeuds de vitesse moyenne. (avant Jury) *

4 473 milles parcourus sur le fond à 11,73 nœuds de moyenne.

(*) Pierre Antoine devrait être notifié par le jury d’une compensation de temps pour le sauvetage de Lalou Roucayrol et son transbordement à bord du remorqueur