Bagarre en tête à cinq bateaux

Cercle Vert @ ALexis Courcoux

A 10 jours de l’arrivée, les 14 équipages de la transat AG2R LA MONDIALE commencent à incurver leur trajectoire très sud vers les Antilles avec des alizés assez faibles et très irréguliers. A 1500 milles du finish, les cinq bateaux de tête ne lâchent rien et c’est un beau finish qui s’annoncent entre Agir Recouvrement, Cercle Vert, Gedimat, Bretagne-CMB Performance et Generali.

Au sud, les duels entre les paires Hardy-Biarnès /Chabagny-Tabarly d’un côté et Simon-Macaire /Lunven-Mahé de l’autre, se sont mués en ménage à quatre. Une cohabitation pas vraiment plan-plan, où chacun lutte avec application pour prendre l’ascendant sur l’autre. Les routes de ces quatre sudistes sont en train de converger et tout le monde évolue désormais dans un périmètre d’une poignée de milles.

Agir Recouvrement garde l’ascendant
Ce qui distingue ce carré d’as des autres équipages ? Leur niveau de régate, leur palmarès, leur longue expérience du circuit Figaro-Bénéteau 2 et accessoirement leur motivation pour s’imposer à Saint Barth, car aucun n’a encore jamais remporté la Transat AG2R LA MONDIALE. Reste qu’après 14 jours de mer et 3 230 milles de navigation (c’est la distance réellement parcourue par les leaders depuis le coup d’envoi de Concarneau, ce qui donne une idée de l’ampleur du détour sur cette route sud !), la proximité de ces quatre bateaux et leur acharnement à s’imposer est remarquable.Pour le moment, Agir Recouvrement tient ses concurrents en respect. Pour le moment seulement…

Cercle Vert joue sa carte à fond
Le dernier protagoniste de ce cinq majeur est Cercle Vert, toujours 2 e au classement de l’après-midi. Gildas Morvan (vainqueur de l’édition 2012) et Alexis Loison, dont c’est la première transat, tentent de faire l’intérieur du virage. Leur décalage au nord (une centaine de milles) a été fructueux. Ce matin, avec Artemis et Fulgur-Evapco, ils affichaient les plus belles vitesses. L’alizé de nord-est est irrégulier en force et en direction, avantageant tantôt un groupe, tantôt l’autre.

La longue route
Derrière les 8 premiers bateaux (d’Agir Recouvrement à Bellocq Paysages-Saveurs de Cornouaille), les retardataires accusent désormais entre une et cinq journées de retard. A bord de Guadeloupe (11e à 511 milles), les jeunes Arthur Bouwyn et Alienor Fleury commencent à songer à se rationner en eau. Deux litres par jour et par personne, c’est la limite qu’ils se sont fixés.

Un dimanche à Mindelo
Tanguy Le Turquais et Hervé Aubry se sont arrêtés en fin de matinée à Mindelo, (île de Saint Vincent) dans l’archipel du cap Vert. En à peine plus de 3 heures, ils ont réussi à remplir leur mission : trouver une batterie neuve et remplir toutes les formalités portuaires. A 14 heures, Cuisines Ixina reprenait le fil de sa course. Demain soir, ce sera au tour de Tolga Pamir et Stéphanie Jadaud (Free Dom Services à Domicile) de faire relâche dans le même port pour se ravitailler en gasoil, eau, nourriture et effectuer quelques réparations.

 

LA PHRASE DU JOUR « Notre stratégie, c’est de surveiller l’évolution de la météo, les cartes isobariques, tout ce qui peut nous aider à faire notre propre analyse. Sur le plan humain et technique, il n’y a aucun souci. On est à 200% pour attaquer la dernière semaine. » Alexis Loison, Cercle Vert
ILS ONT DIT OU ECRIT

Gildas Morvan, Cercle Vert : « Cette nuit, c’est rentré entre 20-22 nœuds. On a passé beaucoup de temps à la barre, il faisait noir, il y avait du vent. La règle, dès qu’on est fatigué, c’est de réveiller l’autre. On a eu un peu plus de vent que les gens du sud, on a bien galopé cette nuit. Ce sont des alizés irréguliers, très particuliers, pas classiques, ils ne rentrent pas dans les clous et il faut faire avec. Quoi qu’il arrive, on assume notre décalage, on s’accroche, on est à fond. Ça a l’air plus foireux en arrivant à Saint-Barth, on ne perd pas espoir, on essaye d’arriver au plus vite. On a des secrets à bord, on a du foie gras ! On en mange régulièrement… Les petits plaisirs ? Du Nutella pour Alexis car il a quelques rations pour lui tout seul, du foie gras, des gâteaux, des galettes de Pont Aven, des Cocottes, on est bien fourni au niveau gâteaux. »

Pierre Brasseur, Fulgur Evapco : « C’est la bonne surprise du matin, on a plus de vent que les Sudistes depuis hier soir, on en profite pour avancer, c’est cool ! On est contents de nous, on avait du mal à imaginer notre position, nous étions incapables de faire des pronostics. On savait qu’on était motivés, qu’on avait un peu d’expérience. On est ravis de ne pas être loin des leaders, pourvus que ça dure le plus longtemps possible ! Le soleil vient de se lever, pile dans l’axe à l’arrière du bateau. C’est la meilleure heure, il y a du vent, il ne fait pas encore top chaud. Dans deux heures, ça va cogner, et à la barre ce n’est pas facile. A l’intérieur du bateau, il ne fait pas trop chaud, c’est plutôt les rayons du soleil qui sont agressifs. On se protège, on ne laisse pas trop de bout de peau dehors… On a le temps d’être contemplatifs, on est sur le même bord depuis une semaine. La nuit, c’est beau, c’est la pleine lune au-dessus de nos têtes, on a le temps de penser à beaucoup de choses. ETA à Saint-Barth ? Autour du lundi 25 avril… »

Arthur Bouwyn, Guadeloupe : « Ça va, mais on n’a pas beaucoup de vent, c’est un peu long ! Les fichiers indiquent 10 nœuds, et nous avons 12 nœuds de vent réel. On est dans les alizés ! Hier soir, il y avait 18-20 nœuds, là, d’un coup, c’est comme quand on navigue à la maison en Guadeloupe… On a commencé à faire des petites rations pour ne manquer de rien jusqu’au bout. On avait compté 26 jours, on commence à diminuer certaines doses, il y a des trucs qu’on doit rationner, pour l’eau, c’est un peu serré… On va faire attention ! A partir de maintenant, on se rationne à 2 litres d’eau par personne et par jour. C’est vrai que c’est un peu frustrant d’être tout seul ! Depuis le début, on veut rattraper le retard sur ceux de devant. Les fichiers ne montrent qu’une option, il n’y a pas d’autre choix de route, donc on est obligé de suivre… »

Gildas Mahé, Generali : « On est à l’AIS et pour le moment Bretagne CMB gagne 1 % de vitesse sur nous, alors que hier c’était nous. Ça promet aussi une belle bataille avec Gedimat, on n’est pas loin de voir son feu. Comment ça va finir ? Je ne sais pas, mais cela promet une belle bataille. Etre derrière, au début ça ne nous amusait pas, et finalement ça nous amuse, car nous sommes des chasseurs ! Du coup, on en profite. De se tirer la bourre avec Bretagne CMB, ça fait grappiller des milles sur Gedimat. C’est intéressant finalement. Nos petits plaisirs ? On a de la bonne bouffe, c’est le seul moment de plaisir… Nous sommes dans la régate, on a le cerveau qui tourne à fond. La journée, il commence à faire chaud ! Hier, avec le vent mollissant les quarts à la barre étaient durs. Le soir, ça fait du bien quand le soleil se couche. »

Tolga Pamir, Free Dom Services à Domicile : « Tout va bien, nous sommes en route pour Mindelo pour un arrêt technique. Nous avons beaucoup d’écart avec le reste de flotte. De notre côté, la météo est compliquée, nous n’avons pas encore touché les alizés, le vent oscille en permanence, on fait des zigzags pour descendre vers le Cap Vert. Nous allons faire un pit stop pour faire le plein de gasoil, réparer des trous dans la grand-voile et bricoler sur l’antenne VHF qui nous stresse un peu car nous n’avons plus d’AIS. Nous prendrons les trois heures de pénalités et nous repartirons.  »

LE CLASSEMENT 17 AVRIL 16H00
1- AGIR RECOUVREMENT (Adrien Hardy-Vincent Biarnes) à 1491,59 milles de l’arrivée
2- CERCLE VERT (Gildas Morvan- Alexis Loison) à 2,93 milles du premier
3- GEDIMAT (Thierry Chabagny-Erwan Tabarly) à 13,52 milles du premier
4- BRETAGNE-CMB PERFORMANCE (Sébastien Simon-Xavier Macaire) à 16,24 milles du premier
5- GENERALI (Nicolas Lunven-Gildas Mahe) à 18,83 milles du premier

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.