Récent vainqueur de la 1000 Milles des Sables en solitaire, Aymeric Chappellier se prépare désormais pour la prochaine course de sa saison, la 9e édition de la Normandy Channel Race qui se tiendra au 24 mai au 3 juin prochains. Pour cette preuve exigeante, au parcours complet autant que complexe, le skipper du Class40 AINA Enfance et Avenir a décidé de faire appel au caennais Fabien Delahaye pour l’épauler. Un choix qui ne doit évidemment rien au hasard. Et pour cause, les deux hommes, qui ont, par le passé, régaté l’un contre l’autre en 470, affichent des expériences très complémentaires, une détermination sans faille et une même soif de victoire.

Pas moins d’une trentaine de Class40 sont attendus au départ de la prochaine édition de la Normandy Channel Race parmi lesquels un très grand nombre des favoris de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2018 tels que Phil Sharp, Maxime Sorel, Louis Duc, Nicolas Troussel mais aussi, bien sûr, Aymeric Chappellier. « C’est certainement la course la plus fatigante du circuit. Il y a des passages à niveaux tous les 60 milles. Barfleur, le Solent, Start Point, Land’s End, le canal St Gorge sont autant de points où la course peut être complètement relancée, notamment en raison des courants mais aussi de phénomènes météo très spécifiques. De ce fait, les 1000 milles du parcours (une boucle au départ et à l’arrivée de Caen via l’île de Wight, le Fastnet et les îles anglo-normandes, ndlr) sont très techniques et poussent les bateaux et les organismes à leur maximum », explique le skipper d’AINA Enfance et Avenir qui connait parfaitement les difficultés de l’exercice pour avoir déjà participé à deux reprises à la course (en 2013 puis en 2014 avec Jean-Christophe Caso) et qui souhaitait, en ce sens, logiquement faire appel à un marin très expérimenté. C’est ainsi naturellement qu’il a fait le choix d’embarquer Fabien Delahaye à ses côtés. « On se connait depuis longtemps puisqu’au début des années 2000, on régatait l’un contre l’autre en 470 et il y a dix ans, on avait navigué ensemble en IRC 1 à l’occasion du Spi Ouest-France. On s’apprécie beaucoup. On est sur la même longueur d’onde et on est très complémentaires », détaille Aymeric, séduit par la personnalité de son acolyte, mais pas seulement. « Fabien a longtemps fait du Figaro Bénéteau, remportant notamment la Transat AG2R avec Armel Le Cleac’h, mais il connait aussi très bien le Class40 puisqu’il a gagné la Transat Jacques Vabre 2013 avec Sébastien Rogues. C’est un fin stratège et il a, à coup sûr, beaucoup à apporter au projet », souligne le Rochelais.

Même rigueur, même objectif
« La Normandy Channel Race est une course que j’apprécie particulièrement car elle se joue pour beaucoup dans les eaux de Ouistreham, celles-là mêmes où j’ai tiré mes premiers bords. De plus, j’adore le format du double », assure de son côté Fabien, manifestement enthousiaste de s’aligner au départ de l’épreuve pour la quatrième fois (il était présent au côté de Bruno Jourdren en 2009 et 2011 puis avec Brieuc Maisonneuve en 2016), mais aussi et surtout d’avoir l’opportunité de régater en duo avec Aymeric Chappellier. « Après l’olympisme, lui et moi avons pris des chemins un peu différents mais nous avons, l’un et l’autre, gardé notre esprit de compétiteur et beaucoup de rigueur de nos préparations respectives. Nous avons pour habitude de vraiment tout mettre au service de la performance et je ne pouvais donc pas manquer l’opportunité de naviguer avec lui », indique le Normand qui avait justement, hasard du calendrier, un trou dans son emploi du temps entre deux étapes de la Volvo Ocean Race où il est en charg