Le nouveau MULTI50 à foils Ciela village rencontre des problèmes techniques sur ses safrans et l’IMOCA Newrest de Fabrice Amedeo et Giancarlo Pedote a explosé son spi.

Thieery Bouchard sur Ciela Village : « C’est très difficile d’écrire sur ce bateau, ça tape, ca bouge et il faut toujours resté attentif … Ici nuit pourrie, nous avons perdu du terrain sur nos adversaires car le secteur de barre qui tient les 2 safrans s’est désaccouplée et nous avons perdu le contrôle, comme une voiture sans volant ! Plus d’une heure à l’arrêt pour remettre tout ça en place et c’est reparti pour seulement quelques minutes car le pilote ne marche plus. Nous allons devoir attendre un moment de calme pour essayer de le réinitialisé pour espérer retrouver ces fonctions? Sinon, eh bien, on se relayera à la barre sans pouvoir la lâcher ce qui va grandement nous handicaper dans les manœuvres mais aussi en conduite. Dommage car quand nous sommes aux réglages nous sommes certainement les plus rapides. On va s’accrocher, aux leaders, mais finalement ce n’est pas une surprise, avec 3 semaines de préparation cela aurait été un exploit si tout avait marché correctement. » 

Alors que Newrest – Brioche Pasquier naviguait au petit matin de ce mercredi dans des conditions tout à fait maniables, un peu en dessous de la latitude du Cap Finisterre, le spi du monocoque s’est déchiré en son milieu sans motif avéré. L’état de la voile ne permet malheureusement aucune réparation et va donc inévitablement entacher les performances de Fabrice Amedeo et Giancarlo Pedote sur la suite du parcours vers le Brésil et tout particulièrement dans les alizés.

Contacté ce matin, Fabrice Amedeo expliquait cette avarie : « Nous avons explosé notre spi en plein milieu, sans raison identifiée. Il n’a pas claqué, nous naviguions dans des conditions maniables. Nous avions alors 20 nœuds de vent, un peu en dessous du Cap Finisterre. Ca s’est passé au lever du jour, alors que nous étions tribord amure pour négocier l’anticyclone et mettre le cap au Sud.
La voile est désormais inutilisable et va dramatiquement nous manquer dans les alizés. Mais nous faisons contre mauvaise fortune bon cœur et avons évidemment en tête de poursuivre notre course au mieux vers le Brésil. Le moral reste bon à bord ».
A terre, le Team Newrest – Brioche Pasquier étudie actuellement une solution pour envisager le remplacement de cette voile. Mais malheureusement, il n’est pas du tout sûr qu’une halte aux Açores ou bien aux Canaries pour récupérer une voile de rechange, soit réellement payant au regard du temps perdu pour cet allongement de la route.