Aux arrêts en Sardaigne

Illustration Sardaigne
DR

Les voiliers sont désormais en Mer Tyrrhénienne et naviguaient cette nuit le long des côtes nord-est de la Sardaigne, le Pays des Lestrygons dans la mythologie de l’Odyssée. Si la descente entre Cannes et Bonifacio s’est effectuée assez rapidement, la nouvelle partie du parcours à laquelle s’attaquent depuis hier soir les concurrents semble plus compliquée. Pétole est le maître mot. Pas de vent. Du coup, Alain Gabbay a demandé aux navigateurs de mettre en marche leur moteur pour se regrouper et descendre en convoi vers le Sud de la Sardaigne. Il espère que le vent se lèvera pour donner un nouveau départ. Ceci est conforme aux instructions de course données aux coureurs. Ainsi, le classement provisoire de Vakko Odyssée Cannes – Istanbul 2006 est le classement en temps réalisé à Bonifacio (voir ci-dessous). Ce temps sera cumulé au reste du temps mis par les coureurs pour rejoindre Istanbul.

Dans un message envoyé lundi soir, Kito de Pavant ne semblait pas très rassuré : « Hé bien, on n’y est pas encore à Istanbul!!!!! On est lundi, il est 23 h et on est au large d’Olbia (Sardaigne). Il n’y a pas un souffle de vent ; on stagne sur une mer d’huile. Alberto était ravi de franchir la première porte du parcours (celle qui est devant Bonifacio) en tête et moi aussi. Le décor est splendide, la Corse il n’y a pas à dire, c’est beau ! Et la Sardaigne, c’est pas mal non plus. D’ailleurs je crois qu’on est parti pour y rester un bon bout de temps… »

Frank Covat, à bord du Less 83, le bateau accompagnateur confirme à 12 heures, heure française, que les voiliers sont regroupés. « On dirait une maman canard et ses petits ! » Ils attendent désormais que le vent se lève. Sinon, le Less 83 pourra donner du fuel aux bateaux pour prolonger la descente de la Sardaigne au moteur.

Source Odyssée Cannes Istanbul