Un australien vainqueur du Vendée Globe virtuel

Si Armel le Cleac’h et Alex Thomson sont attendus aux Sables jeudi prochain, les leaders de la course virtuelle arrivent aujourd’hui. Et c’est un australien qui devrait l’emporter sous le pseudo Mangina-PYR devant un néo-zélandais NZ-Eligo « IST » et un français Didflam, soit 48h avant la course réelle.

Le néo-zélandais NZEligo a répondu hier soir à quelques questions sur sa course et sa très belle prestation : « C’est mon troisième Vendée Globe Virtuel. Ce jeu me permettait de suivre plus intensément la véritable course. J’ai hésité un peu avant de m’engager dans cette nouvelle édition mais maintenant je ne le regrette vraiment pas. Je ne suis pas un grand stratège, ni un foudre de guerre. J’ai juste calé ma route en fonction de mon instinct. Ne pas trop aller vers la côte africaine lors de la descente, bien rester le long de la limite des glaces car la route est plus courte, bien contourner Sainte Hélène à la descente et à la remontée, bref établir une route relativement sage était mon credo. Je suis très heureux d’être troisième pour l’instant et je ne m’attendais pas du tout à ça en débutant le Vendée Globe Virtuel. C’est une belle surprise en tout cas. ». Didier Flament, chercheur en microbiologie marine installé à Brest a réalisé une très belle course et terminera ce Vendée Globe en troisième position en un peu plus de 72 jours.

Mais derrière ce trio, d’autres marins représentants d’autres pays se battent pour le meilleur classement dans le Top 10 du Vendée Globe Virtuel. En quatrième position, le suisse Liryc82 pointe à 27,67 milles. Le français Reric01, l’allemand Raumzeit, les français Gicajuvi et Fred_75 sont respectivement 7ème, 8ème et 9ème et enfin à la 10ème place, un autre allemand, salaosan vient compléter ce classement. Si les trois premiers se tiennent en moins de 3 milles, les 7 suivants navigeuent entre 28 et 38 milles de la tête de la course.

La course virtuelle aura été intense pour tous les marins. Notre bateau Magcourseaularge est 11453e après un pot au noir qui nous aura été fatale pendant 48h alors que nous étions 2000e après une option ouest le long des côte brésiliennes.

Le niveau de celle édition virtuelle du Vendée Globe aura été plus élevée que lors de la dernière édition (nous avions fini 496e). Elle aura été marquée par une descente jusqu’au Cap de Bonne Espérance assez simple dont les leaders ont pu s’échapper facilement avant de se faire rattraper après les Kerguelen puis l’Ocean Indien. Au Cap Horn, les cartes ont été rebattues avec des systèmes météos qui ont favorisé le retour par l’arrière jusqu’au pot au noir. Ce dernier aura été un vrai passage à niveau, une punition ou une bénédiction pour certains, permettant de faire ressortir 1000 concurrents en mesure de l’emporter. Mais c’est au large des Açores que tout s’est joué.

Vivement dans 4 ans.
vr-header-news-17-janv-satellite-r-1600-1200