Arrivée de Thibaut Vauchel-Camus

Thibaut Vauchel-Camus a franchi la ligne d’arrivée ce vendredi à 23h 18’ 44’’ (heure de Paris, 18h 18’ 44’’ heure locale) après 12 jours 09 heures 18 minutes et 44 secondes de course, à 11,91 nœuds de moyenne sur le parcours théorique (3 542 milles).  Il termine troisième de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe dans la catégorie Multi50, 1 jour 1heure 46 minutes et 04 secondes derrière le vainqueur Armel Tripon. Il a réellement parcouru 4 495 milles à la vitesse de 15,12 nœuds…

Ses premiers mots : ” Enfin à la maison. Les deux derniers jours étaient assez longs. C’était une façon de profiter aussi. Les premiers jours ont été compliqués. On a fait le pari d’aller prendre 3 ou 4 dépressions. Mes routeurs (Fred Duthill et Fabien Delahaye) étaient sérieux entre la route optimale et ne pas me faire prendre trop de risques. Mais c’était viril. Quelle course. Quelle intensité. L’important c’était de traverser les fronts. J’ai rarement connu aussi peu de sérénité dans certaines situations. Les soucis que j’ai eu à bord ne m’ont pas permis d’aller jouer devant. Je suis content d’apporter un peu de capillarité au podium.

Mission accomplie pour le skipper de Solidaires en Peloton-ARSEP qui s’était fixé comme objectif de grimper sur une des marches du podium. C’est une très belle performance pour celui qui a débuté dans la classe Multi50 il y a moins d’un an sur le trimaran à foils (plan VPLP) le plus récent de la flotte. Cette course chère à son cœur – il a passé toute sa jeunesse en Guadeloupe – lui réussit plutôt bien, puisqu’il avait terminé deuxième en Class40 il y a quatre ans.

À terre, Thibaut était épaulé par une équipe de routeurs/coureurs de qualité : Fred Duthil et Fabien Delahaye. Avec ses derniers, il a choisi la route de l’Ouest, la plus courte et la plus exposée. Sa trajectoire aura été marquée par un arrêt au stand aux Açores le 9 novembre – pour réparer une série d’avaries, dont son chariot de rail de mât – et par un duel au couteau dans les alizés avec Erwan Le Roux.