Arrivée de Romain Pilliard – 4e en Ultime !

Romain Pilliard, skipper de l Ultime Remade-Use It Again, 4eme de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe 2018 - Pointe a Pitre le 26/11/2018

Il est allé jusqu’au bout après deux arrêts. Romain Pilliard sur son trimaran Remade-Use it again, classé en catégorie Ultim a coupé la ligne d’arrivée de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe ce lundi 26 novembre à 09h 08m 25s (heure Paris) après 21j 19h 08m 25s de course à 6,77 nœuds de moyenne sur l’orthodromie. Il est arrivé avec un écart au premier de 14j 04h 46m 38s et a parcouru 5 286 milles à 10,10 nœuds de moyenne sur l’eau. Le solitaire s’était en effet arrêté à La Corogne après trois jours et demi de mer, puis avait constaté que la cadène de hauban de l’ex-Castorama d’Ellen MacArthur présentait des faiblesses structurelles.

Ses premiers mots à Pointe-à-Pitre
« C’est dingue d’être là : j’ai vécu mille vies depuis le départ de Saint-Malo ! Je dirais qu’il y a eu trois parties de course : au début, on s’est fait brasser et j’ai réussi à passer à travers les mailles du filet ; l’arrêt technique à La Corogne qui était obligatoire pour moi avant de continuer ; et ensuite, je repars bien après deux jours, mais un gros pépin sur le hauban tribord ! Il fallait que je trouve une solution autrement j’abandonnais… Mais avec mon équipe, les architectes et les ingénieurs, on a compris qu’on pouvait gérer un tel problème mais avec un bateau fortement handicapé en tribord amures : il fallait que je navigue avec deux voire trois ris dans la grand-voile. Mis bout à bout, j’ai pris une semaine de plus que ce qui était prévu. Mais j’ai réussi à surmonter, même le tour de la Guadeloupe qui n’est pas aussi facile que le Tour de Belle-Île ! J’ai fait des tours sur moi-même à Bouillante… Je n’en pouvais plus : autant l’arrivée était superbe et l’atterrissage sur la Tête à l’Anglais géniale, autant ce final sous le vent de l’île était vraiment dur.


J’étais tellement fier d’être sur ce bateau, de porter ce message d’économie circulaire, que tout est super aujourd’hui ! Et j’ai eu de bons moments au Nord de Ouessant ou quand j’ai flirté avec les trente nœuds… Et j’arrive avec un bateau en bon état (à part le hauban) mais moi, je me suis fait mal ! C’est un vieux bateau et tout est lourd à bord. C’était ma première transat en solitaire et ça me faisait un peu peur au départ : je pensais ne mettre que quinze jours et c’est finalement trois semaines… J’ai été malade pendant une semaine et j’avais du mal à m’alimenter. C’était assez fou : je suis allé au bout de moi-même. Mais c’est tellement incroyable d’arriver de l’autre côté de l’Atlantique ! »