Armel Le Cléac’h qualifié pour la Route du Rhum

0
10

Le maxi-trimaran Banque Populaire à peine remis à l’eau, Armel Le Cleac’h n’a pas tardé pour partir faire sa qualification. Parti ce samedi de Lorient il a bouclé le trajet de 1200 milles nautiques obligatoires en deux jours et demi, sa première navigation en solo depuis la mise à l’eau. Lors du parcours choisi par Armel, il a pu expérimenter des variations de vitesse très importantes en descendant dans le Golfe de Gascogne, puis en cherchant des conditions plus musclées jusqu’à 30 nœuds de vent au large du Cap Finisterre. Un premier test qui représente presque un tiers du parcours que le devra retrouver sur la Route du Rhum- Destination Guadeloupe.

La prochaine étape du programme consiste à passer de la mise au point à la performance dans les jours qui viennent. Armel se confrontera dès demain à ses adversaires directs à Port-la-Forêt pour un premier stage de 24 heures.

Armel Le Cléac’h, du Maxi Banque Populaire IX:

« 1200 milles en un peu plus de 2 jours et demi. Ce n’est pas une moyenne très élevée pour un bateau comme le nôtre mais c’est plutôt pas mal! C’est surtout la deuxième partie de la qualification qui a été intéressante, été réalisée en moins de 24 heures. Les conditions sont assez proches de ce que l’on aura sur la Route du Rhum, notamment dans les s, avec du vent portant, c’était primordial de tester le trimaran, d’aller chercher ce type de conditions que nous n’avons pas eues depuis la mise à l’eau. Jusque-là, avec le Team Banque Populaire, nous avons bien repris le bateau en main. Tout fonctionne parfaitement. Nous n’avons pas eu de mauvaise surprise. C’est important pour moi d’aller naviguer en solo, en configuration Route du Rhum. C’était la première fois que je le faisais depuis la mise à l’eau. De reprendre confiance, de gérer son sommeil, les manœuvres, d’analyser tous les systèmes qui ont été ajoutés depuis le chavirage. Tout ça, c’est rassurant. Aujourd’hui, nous avons franchi un grand pas vers la Route du Rhum. Ces deux jours en mer, c’est presque un tiers du parcours de la Route du Rhum et c’est primordial de s’entraîner dans des conditions réelles », explique Armel.