Anthony Marchand : « Montrer que j’étais là »

Dimanche 2 Juin, la Solitaire Urgo Le Figaro 2019, départ de Nantes, descente de la Loire jusqu'à Pornichet pour la ligne de départ.

Anthony Marchand faisait partie des favoris de cette 50e édition de la Solitaire au départ de Nantes. La première étape lui a coupé les ailes en concédant 8h de retard sur le premier Yoann Richomme. S’il lui est dorénavant difficile d’espérer une victoire au général, sa motivation n’en est que décuplée pour viser une victoire d’étape.
Après une première étape entre Nantes et Kinsale qui a laissé des traces et créé des écarts monstres au classement, Anthony Marchand et les 44 autres marins toujours en course dans la fameuse Solitaire Urgo Le Figaro se préparent à attaquer le deuxième round de la compétition.
Demain, à 18 heures, ils s’élanceront en effet en direction de Roscoff qu’ils rejoindront après avoir fait le crochet par l’île de Man, avec un total de 615 milles à parcourir. « On s’apprête à partir pour le plus gros morceau de cette 50e édition. À quelle sauce on va être mangé cette fois ? De nouveau avec de la pétole pour commencer, mais du vent très fort une fois Man débordée. On n’a pas encore eu l’occasion de naviguer dans des conditions aussi viriles depuis la réception des nouveaux Figaro 3. La bonne chose, c’est que cela va nous permettre de continuer de découvrir le bateau, d’autant que l’on va devoir multiplier les jibes. Le but sera néanmoins de faire le moins d’erreurs possible et de ne pas casser pour ne pas perdre de temps. Pour ma part, j’ai hâte car ça va vraiment être intéressant, même si ça promet de ne pas être simple. Clairement, il faudra être vigilant et naviguer safe car on sait que sur ces bateaux, la moindre petite merdouille peut vite devenir une grosse galère », assure le skipper de Groupe Royer – Secours Populaire qui, pour mémoire, pointe à la 31e place au général avec un retard de 8 heures et 46 minutes sur le premier, Yoann Richomme. « C’est dur de se faire couper les deux ailes d’un coup et ce serait mentir de dire que je ne suis pas dépité, mais à présent je vise des podiums d’étape, d’une part pour me faire plaisir et, d’autre part, montrer que sans cette première étape, j’étais là », a terminé Anthony Marchand.