Sauvetage d`Alain Delord
DR

Le Vannetais Alain Delord est parti en octobre dernier à bord de son A35 Tchouk Tchouk Nougat pour faire le tour du monde en solitaire. Après avoir démâté et subi des dégâts structurels à 500 milles au sud-ouest de la Tasmanie, il a été contraint d’abandonner son bateau vendredi dernier. Trop loin pour être hélitreuillé, il était obligé d’attendre à bord de son radeau de sauvetage. Un avion a pu larguer un deuxième radeau et du matériel de survie hier et le skipper a pu mettre sa combinaison de survie. Un paquebot de croisière était à 500 milles de lui au moment de l’incident et est arrivé sur zone dimanche soir. Le paquebot Orion qui remontait de l’Antarctique, disposait de plusieurs Zodiac et a pu ainsi récupérer le solitaire et cela malgré des conditions difficiles avec une houle de 3-4m et une visibilité réduite. Le commandant de l’Orion déclare tout simplement : « Je suis heureux de confirmer que M. Delord a été secouru sain et sauf et que l’équipage et nos passagers n’ont pas été blessés. »

Le chef de l’expédition antarctique Don McIntyre menait l’opération de secours à bord de l’Orion. Il nous raconte ce qui s’est passé. « La visibilité était réduite lors de notre arrivée sur zone. Nous avons pu voir le radeau à un mille après le lancement de fusées éclairantes de l’avion. Tout le monde était prêt à agir et le commandant a bien positionné le bateau avant d’ouvrir les portes. J’étais alors surpris de voir la proximité de l’eau et j’ai constaté qu’un mur d’eau déferlait  vers nous. C’était tellement violent que j’ai eu peur de perdre quelqu’un à la mer. J’avais l’eau jusqu’aux cuisses et j’ai vite refermé la porte. Le commandant a repositionné le bateau et nous a donné le signal d’ouvrir la porte de nouveau. Le radeau était à 20m de nous à l’abri de notre bateau et Alain nous saluait. J’étais sur le point de lui jeter un bout, mais le Zodiac était prêt et je voyais qu’Alain était affaibli et n’allait pas pouvoir rattraper la ligne. Le Zodiac était mis à l’eau et est parti tout de suite vers le radeau, qui dérivait vers l’avant du bateau dans un vent de 30 noeuds. Le Zodiac est parti à grande vitesse et a récupéré Alain avant de revenir vers la porte ouverte. L’eau dépassait de nouveau le bas de la porte et entrait dans le bateau avec un franc-bord qui passait de 2 mètres à 30 cm. » 

« Nous avons attaché une ligne au harnais d’Alain et l’a hissé à bord. Ensuite une autre équipe l’a transporté à notre infirmerie où le médecin attendait. L’infirmerie était inondée et nous avons dû intervenir rapidement pour fermer les portes juste au moment où une nouvelle vague déferlait. Le Zodiac a pu être récupéré à bord par l’équipage sur le pont. Opération réussie ! Quelle journée ! Du bon boulot effectué par tout le monde sur l’Orion et par les équipes de la Force Aérienne Australienne et du MRCC Canberra. »