Les leaders de la flotte des VOR65 sont maintenant à 1000 mn de Melbourne, l’arrivée de cette 3è étape. MAPFRE et Dongfeng Racing ne se lâchent plus et se livrent un incroyable mano à mano dans l’Océan Indien depuis le départ. Dongfeng, 2è après s’être fait dépasser par les Espagnols a décidé de se mettre en mode fantôme pendant 24h pour tenter une option.

C’est une vraie bataille physique et psychologique avec les Espagnols de Xabi Fernandez est d’une intensité hors normes. Après plusieurs dizaines d’empannages en bordure de la limite des glaces, de centaines de vagues dans la figure, de muscles endoloris et de sangs rongés devant le PC de nav’, Dongfeng et Mapfre se tiennent toujours en moins de 10 milles….Une poussière à l’échelle de l’océan et rien n’est encore fini alors que les premiers sont attendus pour Noël (ETA 24/12 UTC). En approche du Sud des côtes australiennes, l’influence d’un anticyclone ralentit la cadence tandis qu’il va falloir prendre les bonnes décisions pour remonter au Nord et faire route vers l’arrivée….

Message de Pascal Bidégorry, depuis l’Océan Indien.
« Au fond de ce Dongfeng race boat avec mes Dongfeng race amigos, en plein milieu de l’Océan Indien, je pense à un blondinet qui nous a fait quelque chose pendant 42 jours de dingo, je ne trouve pas de superlatif approprié à la hauteur de l’exploit sportif, que vient de réaliser ce marin, ce garçon avec qui j’ai eu la chance de naviguer, de gagner of course. Et avec quelle classe il nous a fait ça. Je suis trop fier pour lui, totalement absolument admiratif de cet exploit majeur tous sports confondus. Parce que, franchement, les filles et les gars ici, sur le pont de notre Dongfeng boat, ils en prennent plein la gueule, il n’y a pas d’autres mots. Là maintenant et depuis le départ, avec toutes ces gybes (empannages), tous ces quarts de repos écourtés, toute cette fatigue accumulée, sur ce bateau physique et usant, voir pénible à la longue, on réalise encore mieux aussi près des éléments, le niveau de performance et d’engagement de notre François national. BRAVO amigo, tu es notre champion des champions et moi je te kiffe my friend !

Alors revenons à notre étape, ça cogne, ça caille, ça mouille, non ça inonde, bref, c’est engagé comme balade sur notre 38 Tonnes Dongfeng truck, poursuivi par notre auberge espagnole qui joue des castagnettes toute la journée et qu’on entend d’un peu de trop près par moment. Il y a quelque chose qui me dit que ça va durer surement encore jusqu’à la fin juin…
Je vais vous dire : ils se battent comme des chiens ici à bord, quelle détermination, je suis fier de vivre cette aventure avec eux, on est une belle équipe, c’est cool, vraiment. Parce que les conditions de navigation sur ces bateaux ? Il faut être un peu maso quand même par moment. Tout est dur et violent sans protection, bien loin du confort de nos Volvo préférées. Je rêve vraiment un jour de faire ça sur un gros multi avec une cabane et pourquoi pas sur cette course… Quel pied ça serait, bref, on m’aura compris 🙂
Allez faut retrouver la réalité de l’instant, see you !
COME ON DONGFENG, »
Pascal