Victoire Banque Populaire V
DR

C’est à midi tapante que les traditionnels canons libéraient dimanche, une flotte de plus de 300 bateaux dans les eaux du Solent. Devant les étraves des concurrents de toutes tailles, 608 milles d’un parcours d’exception et une quête, le phare du Fastnet en mer d’Irlande. A bord du Maxi Banque Populaire V, le plus grand voilier engagé au sein de cette armada unique, l’objectif était clair : être les plus rapides et tenir des concurrents, certes plus petits mais toujours menaçants, en respect. Pour Loïck Peyron et ses équipiers, la confrontation en mode régate constituait une opportunité rare mais si passionnante que les treize hommes du bord ne manquaient pas de la saisir : "Nous avions déjà vu que notre concurrent direct, Gitana 11, allait bien, à l’occasion du Record SNSM. Une fois encore, ils n’ont pas été loin de nous, à nos fesses même. Cela nous a forcé à tenter des choses que nous n’aurions sans doute pas faites sans cette motivation. Nous avons vraiment régaté et ça nous a appris beaucoup de choses sur le bateau".

Une fois paré le phare du Fastnet en tête ce lundi matin, le maxi trimaran bouclait la boucle à Plymouth à 20 heures, 48 minutes et 46 secondes (heure française), au terme de 32 heures, 48 minutes et 46 secondes d’une course menée dans des conditions météorologiques… à l’anglaise et dont le manque de vigueur n’avait rien de propice à l’établissement d’un nouveau temps de référence : "Nous sommes partis avec du très beau temps ce qui nous a permis de faire un beau départ dans le Solent. Nous avons eu beaucoup de près pour dérouler la première partie du parcours. Des conditions très anglaises, avec assez peu de vent. Et puis heureusement, en virant une nouvelle fois le Fastnet – un joli phare que nous croisons décidément beaucoup ces derniers temps – nous avons enfin eu 30 nœuds de vent pour redescendre vers la ligne d’arrivée".

Loïck Peyron ne manquait pas de rappeler "son" histoire avec la Rolex Fastnet Race et le paradoxe du jour : "Aujourd’hui est une mauvaise et une bonne journée pour moi ! Le record que nous avions établi en 1999 avec Fujicolor vient de tomber. Depuis cette date il n’avait jamais été inquiété. La bonne nouvelle c’est que c’est le formidable équipage auquel j’ai la chance de donner le tempo qui le bat."

Sébastien Josse arrive moins d’une heure après

Gitana 11 a franchi la ligne d’arrivée de la Rolex Fastnet Race en seconde place à 21h44’36 », moins d’une heure après le tout nouveau détenteur du record de l’épreuve et une vingtaine de minutes avant les deux MOD 70 en lice. Le maxi-trimaran armé par le Baron Benjamin de Rothschild a parcouru les 608 milles théoriques du parcours en 33 heures 44 minutes et 36 secondes. Sébastien Josse et ses six équipiers ont navigué au contact durant plus de 350 milles avec les treize hommes de Banque Populaire V. Sébastien Josse : « Nous avions déjà couru contre eux lors du record SNSM mais ils s’étaient rapidement échappé après le départ. Sur cette course, c’est assez incroyable car nous avait fait plus de la moitié de la régate au contact voire à vue par certains moments, notamment lors du passage du célèbre phare irlandais. »

Contrairement à sa réputation virulente, le Fastnet 2011 a cueilli les centaines d’équipages en lice avec douceur, tout du moins les bateaux de tête. En témoigne le récit de Sébastien Josse sur la météo de cette édition 2011 : « Nous avons eu des conditions très maniables tout au long de la course. La sortie du Solent, ainsi que toute notre montée vers le rocher du Fastnet, s’est essentiellement faite au près avec un vent d’une quinzaine de nœuds et une mer relativement plate ; exception faite de notre premier passage à l’Ouest des îles Scilly où il y a eu quelques heures peu confortables dans une mer dure. Par contre, pour la descente entre la pointe Sud de l’Irlande et la pointe Ouest anglaise le vent a tourné et nous avons pu un peu ouvrir les voiles avec du reaching serré. Banque Populaire a profité de ces conditions pour faire parler ses 20 mètres supplémentaires et allonger la foulée. Tous les bateaux de tête n’ont pas subi le même sort car le vent est rentré par le large et du coup nos poursuivants en ont profité pour recoller à notre tableau arrière dans les derniers milles, tout comme nous en avons profité pour revenir sur Banque Populaire sur la fin.»

Classement en temps réel
1. Banque Populaire V à 20h48
2. Gitana 11 à 21h44
3. Veolia Environnement MOD 70 à 22h06
4. Race For Water MOD 70 à 22h10

PAS DE COMMENTAIRES