Banque Populaire
DR

Si l’on ne s’abuse voilà un mois jour pour jour, le 10 novembre, nous étions aux Sables d’Olonne pour l’au revoir aux héros. A la fin du trentième jour de course, le constat est simple : c’est à des vitesses de multicoques que les bateaux de tête se ruent vers la troisième porte des glaces : plus de 20 noeuds de VMG ce matin pour Banque Populaire, 23 noeuds pour Macif qui a recollé d’une petite dizaine de milles ! C’est « fast and furious », comme dirait Loïck Peyron. L’impressionnant Armel Le Cléac’h assume toujours son rôle de patron d’une courte étrave devant le décidément très efficace François Gabart, lequel n’a plus qu’une vingtaine de milles de retard sur son camarade du centre d’entrainement de Port la Forêt. Ces deux-là ont une toute petite marge (une centaine de milles) sur le trio des chasseurs composé de Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec), Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) et Alex Thomson (Hugo Boss).

Trains de dépressions

Les trains de dépressions du Grand Sud sont là et bien là, et ils vont enchaîner les fronts maintenant, donc devoir aller vite en gérant des vents de 25 à 35 noeuds voire davantage qui seront tour à tour de nord-ouest (en avant des fronts) et de sud-ouest (derrière eux). Leur obsession se résumera probablement a l’équation suivante : « vais-je assez vite par rapport aux autres… et pas trop furieusement pour ne pas casser ? » En tous cas, pour les leaders on s’achemine vers une traversée de l’Océan Indien en seulement deux semaines…

Au prix de ces vitesses terrifiantes, les cinq bateaux de tête filent donc vers la troisième porte des glaces qu’ils devraient atteindre dès demain. La situation est moins favorable pour le trio Le Cam/Golding/Wavre qui perd du terrain ce matin (plus nord, dans un système un peu différent, leurs vitesses sont de l’ordre de 15 noeuds). Si l’on résume donc, les cinq bateaux de devant sont à une journée de mer de la porte d’Amsterdam, où ils auront globalement un peu plus d’un jour d’avance sur les trois autres. A l’arrière, les cinq autres bateaux encore en course (Sanso/Boissières/De La Motte/De Broc/Di Benedetto) perdent logiquement du terrain.  Et ce sont eux qui sont les plus menacés par les phénomènes potentiellement violents qui vont être engendrés par l’arrivée sur les Quarantièmes des restes du cyclone Claudia. Conclusion : les riches vont être encore plus riches et – comme c’est souvent le cas – mieux vaut être devant !

Bruno Ménard

Classement de 5h

 1         Armel Le Cléac’h  Banque Populaire à 15 690.3 nm
 2         François Gabart Macif à 23.1 nm
 3         Jean-Pierre Dick Virbac Paprec 3 à 88.1 nm
 4         Bernard Stamm Cheminées Poujoulat à 113.6 nm
 5         Alex Thomson Hugo Boss à 123.1 nm
 6         Mike  Golding Gamesa à 496.0 nm
 7         Jean Le Cam SynerCiel à 508.7 nm
 8         Dominique Wavre Mirabaud à 577.4 nm
 9         Javier Sanso Acciona 100% EcoPowered à 1356.8 nm
 10       Arnaud  Boissières Akena Verandas à 1691.8 nm

PAS DE COMMENTAIRES