La Plastimo Lorient Mini 6.50 s’est achevée ce dimanche soir. Elle aura été une belle épreuve marquée par la pétole, des nerfs mis à rude épreuve, de moments inoubliables et des transmissions réussies. La course s’est déroulée dans des conditions instables. Après un tour de Groix et une remontée jusqu’à la pointe de Penmarc’h, la majorité des bateaux sont restés scotchés de longues heures au large de Belle-Ile, une expérience aussi exaspérante qu’enrichissante.

En proto les deux favoris (800 et 865) ont rapidement pris d’autorité les commandes, se livrant un mano à mano d’anthologie. A une dizaine de milles de l’arrivée, le proto 800 Rousseau Clôture – Erwan Le Mené/Gwénolé Gahinet finit par prendre définitivement le dessus.

En série, nulle course n’aurait pu s’annoncer plus imprévisible. Sur le début du parcours, la vélocité du favori 903 (Shaman Banque du Léman) est impressionnante et ne laisse aucune chance à ses poursuivants. Piégé au large de Belle-Ile, il ne pourra rien faire contre l’inexorable remontée de ses concurrents. La course est alors totalement redistribuée. Tous repartent de zéro, 10 bateaux se tenant en moins d’un mille. Le podium se dessine finalement sur la ligne d’arrivée avec la victoire d’Amélie Grassi/ Alan Roura – 944 – Tyrion.

La majorité des Ministes découvraient, en course, le bateau qui les accompagnera sur les 2 prochaines années, jusqu’au graal final : la Mini-Transat. A bord, pour les conseiller dans cette prise en main, les anciens propriétaires qui, mesurent mieux dans leur rôle de mentor, le chemin qu’eux-mêmes ont parcouru. La relève est propulsée : Amélie Grassi, Benoit Fromet, François Jambou, Vincent Lancien, Jean-René Guilloux, Clément Machetel et tant d’autres devront désormais continuer de faire leurs preuves mais en solitaire cette fois-ci …

Avec la Plastimo Lorient Mini 6.50, la saison atlantique de la classe Mini est lancée sous les meilleurs auspices.

Place désormais à la traditionnelle remise des prix au cours de laquelle les 58 équipages vont être couverts de cadeaux offerts par nos généreux partenaires.

Ils ont dit
Gwénolé Gahinet et Erwan Le Mené – 800 Rousseau Clôtures
Gwénolé Gahinet : Je crois que je n’ai jamais vu autant de pétole avec la houle surtout.
Erwan Le Mené : Ah oui la mer était dégueulasse. Ce matin j’ai eu un petit moment où je n’allais pas, Gwéno m’a reboosté direct mais j’ai cru qu’on n’allait jamais voir Kerdonis.
GG : D’ailleurs c’était beau la côté sauvage, plein d’écume blanche.
EM : Ah oui c’est là que tu m’a réveillé ! Quand le 865 est parti à la côté à Belle-Ile, je n’ai pas voulu les suivre. Avec la houle assez forte, je pensais qu’on allait prendre le ressac. J’étais sûr que ça allait tamponner et en fait c’était carrément ce qu’il fallait faire ! Il fallait aller dans les 100 mètres, et tu avais une petite risée. Et bizarrement il n’y a pas trop de ressac, c’est presque plus calme.
GG : C’est surtout que tu avais juste le petit nœud en pus qui permettait de gonfler les voiles….
EM : Alors que moi je m’obstinais à garder le spi max alors qu’il vaut mieux plus petit porte que grand qui flappe. Quand on a vu que c’était du près, sur la fin, on a commencé à y croire. Pourtant à Quiberon, on était loin.
GG : On a eu un petit coup de pouce quand-même. Ils sont tombés dans une bonne molle.
ML : Ils se sont arrêtés, et moi je n’osais plus respirer, je n’osais plus fermer les yeux. Gwéno était à l’intérieur du bateau, je lui ai dit : surtout Gwéno ne bouge pas. Globalement je sais qu’avec Rousseau Clôtures on va plus haut, plus vite. Du coup c’est facile d’attaquer dans ces conditions, les seules sur lesquelles on peut attaquer le 865. Finalement, Heureusement qu’il a un trou ce bateau ! A part ça il est impressionnant le 865, au portant. Même dans la molle la forme de sa carène l’aide, il est plus stable, donc il a une capacité à porter ses voiles dans très peu de vent.

François Jambou/ Davy Beaudart 865 – Offshoresailing.fr
Davy Beaudart : C’est quand-même le bagne ! J’ai rarement faire une course avec autant de molle. On croyait qu’on allait leur mettre 12 heures quand on les voyait plus et en fait on arrivé aux galères, et là oh ben tiens bah y a du courant, bah on va les attendre ! Allez un peu de champagne pour le bateau, j’espère qu’il y aura d’autres podiums avec François. Et puis t’allais quand même pas commencer par une victoire, ça aurait été trop facile

François Jambou : c’est vraiment cool de jouer devant, je ne connaissais pas et ces bateaux ils avancent tout le temps ça va vite Le portant cette nuit, c’était mortel. On a eu du vent c’était On a fait des pointes à 14nds. La course était vraiment sympa ; en même temps la bagarre a été lancée dès Pen Men.

Amélie Grassi / Alan Roura – 944 Tyrion
Amélie Grassi : C’était un peu long, on a jamais relâché jusqu’au final, on a fait pleins de belles remontée. Le finish on a eu l’impression d’être en régate. On passe à une seconde d’écart sur la ligne je pense. Je ne pensais pas qu’on faisait ça en course au large. C’était marrant ! Alan m’a appris pleins de trucs, sur la gestion de la nuit surtout.

Alan Roura : le mot de la course : « Incroyable ». On jouait dès le début dans le bon peloton, on n’avait pas de grande attente, le bateau est tout neuf et c’était le début d’Amélie. On a dormi 1h chacun, c’était dur il n’y avait pas d’air du tout, le plaisir est venu cette nuit. En tout cas, c’est un bateau chouette, prometteur et ça s’annonce très bien pour Amélie. Elle a du potentiel.

Benoit Formet / Pierre Chedeville – 887 – Frilouse
Benoit Formet : j’ai appris pleins de trucs. On s’est bien marré, très sympas.
Pierre Chedeville : Passation nickel, tout s’est bien passé, j’ai été un peu tyran mais rien de méchant. Ce n’était pas bien parti mais de Spinneg à la fin on a grappillé tranquillement, jusqu’au hold-up final !

Classement Proto Avant Jury
800 – Rousseau Clôtures – Erwan Le Mené / Gwenolé Gahinet à 3h15’34 »
865 – Offshoresailing.fr – François Jambou / Davy Beaudart à 3h 50’13 »
850 – Fana’o – Antoine Perrin / Victor Turpin à 7h07’35 »

Classement Serie Avant Jury
1. 944 – Tyrion – Amélie Grassi – Alan Roura – à 7 h 50′ 52 »
2. 887 – Frilouse – Benoît Formet – Pierre Chedeville –à 7 h 51’08 »
3. 903 – Shaman – Banque du Léman – Valentin Gautier – Fred Duthil – à 7 h 57′ 07 »