Photo: Vincent Curutchet / BPCE

Alors que Gitana 17 commence à prendre ses marques sur l’eau en vue de la transat Jacques Vabre, le nouvel Ultim le Maxi Banque Populaire IX sera mis à l’eau le 16 octobre prochain à Lorient, où s’achève actuellement sa construction au chantier CDK Technologies. Armel Le Cléac’h est impatient :  » Après le Vendée Globe, j’avais besoin de souffler et de me ressourcer. Avoir une telle équipe derrière soi en qui j’ai une confiance aveugle, permet de retrouver l’énergie indispensable sur ce type de projet. Nous avons vraiment hâte de naviguer et d’effectuer les premiers vols à bord ».

Concevoir une machine aussi sophistiquée puis assembler ce puzzle géant a été un véritable défi. Le Team Banque Populaire qui a déjà construit, entre autres, Banque Populaire V en 2008 (le plus grand multicoque jamais lancé), a mis tout son savoir-faire et son expérience au service de ce nouveau géant des mers. « Les choses se présentent bien » explique modestement Ronan Lucas, directeur du Team Banque Populaire. « La décision de ne pas nous aligner sur la Transat Jacques Vabre début novembre n’a pas été facile à prendre. Ces bateaux étant désormais très compliqués à construire par rapport aux multicoques conventionnels, nous nous devions d’avoir le temps de tout mettre en place sereinement pour aller au bout de notre démarche d’innovation. Il ne faut pas oublier que l’objectif reste la Route du Rhum en novembre 2018, puis le tour du monde un an plus tard. »

Un bateau volant autour du monde
« Les safrans munis de plans porteurs, et les foils mobiles dont on pourra régler le cant (l’angulation du foil de l’intérieur vers l’extérieur et vice et versa) et le rake (l’angle d’incidence de l’avant vers l’arrière et vive et versa) en navigation comme sur les bateaux de la dernière Coupe de l’America, nécessitent énormément de mise au point et de temps pour tout fiabiliser » précise Ronan Lucas. « On ne perd pas de vue que Banque Populaire IX va faire le tour du monde. Et s’il y a défaillance dans le système hydraulique, il faut pouvoir bloquer et figer manuellement les appendices afin de naviguer de manière conventionnelle. C’est cela qui rajoute beaucoup de complexité à l’ensemble. »

Haute technologie à tous les étages
Le cockpit futuriste de Banque Populaire IX et son nez d’avion de ligne illustrent la cohérence du plan de pont. « Ce type de cockpit a été initié sur Banque Populaire V, à la différence près que nous l’avons aménagé pour le solitaire, afin d’éviter à Armel de courir d’un côté ou de l’autre pour choquer une écoute ou prendre un ris » ajoute Ronan Lucas. « Nous avons aussi décidé de garder une bonne vision de l’avant du bateau, afin que le skipper puisse voir au loin quand il barre et lorsqu’il est en veille, puisse se reposer en toute sécurité. On a donc fait ce choix de cellule de vie, et avons regroupé tous les winches, afin qu’en tendant le bras, il ait accès à toutes les manœuvres. » Banque Populaire IX est un bateau de solitaire mais qui pourra être utilisé en équipage – donc polyvalent – avec des formes de coques un peu plus rondes sur l’avant des flotteurs. « Par expérience, et dans la lignée de l’ Imoca 60 Banque Populaire VIII, on ne fait jamais de choix extrêmes. On essaye toujours de concevoir un bateau marin qui pourra voler mais passera aussi correctement dans la mer en mode archimédien au près ou dans la grosse mer » conclut le Directeur du Team Banque Populaire.

135 000 heures de chantier
Depuis une quinzaine de jours, le bateau tout carbone est sorti de la phase composite et structurelle. Tout l’équipement – l’ accastillage et l’hydraulique – est actuellement en train d’être posé à bord, avant les travaux de peinture et les finitions. Ce gigantesque chantier a été une nouvelle fois supervisé par Pierre-Emmanuel Hérissé. « Nous voyons le bout du tunnel et sommes très sereins en découvrant chaque soir que le bateau prend forme » explique le Directeur technique du Team Banque Populaire. « Au-delà de l’équipe architecturale autour de VPLP et Martin Fisher, près de 100 personnes ont œuvré sur la construction, entre l’équipe, CDK et les sous-traitants, que ce soit pour les pièces en composite, l’outillage, l’assemblage, les voiles, l’ accastillage… pour un total de plus de 135 000 heures. Et actuellement, jusqu’à la mise à l’eau, ce sont près d’une cinquantaine de personnes qui s’activent sur et sous le pont. »

Dès sa mise à l’eau le 16 octobre*, Banque Populaire IX entamera une longue période de mise au point, avec une alternance entre des navigations courtes et deux traversées de l’Atlantique, avec notamment la tentative du Record de la Route de la Découverte. L’objectif est d’être parfaitement optimisé pour la Nice UltiMed, première course de la saison qui aura lieu en mai prochain. « C’est une belle occasion de tester en régate le Maxi Banque Populaire IX mais aussi de se confronter en Ultim à mes petits camarades avant de les retrouver sur la ligne de départ de la Route du Rhum » explique le skipper Saint-Politain.

Les prochains grands rendez-vous :
16 octobre 2017*
Mise à l’eau du Maxi Banque Populaire IX

Janvier-Février 2018
Tentative de record de la Route de la Découverte

Mai 2018
Nice Ultimed

Novembre 2018
Route du Rhum

Décembre 2019
Tour du Monde en solitaire