Training for the maxi tri IDEC Sport, skipper Francis Joyon, and his crew, prior to their circumnavigation crew record attempt for Trophy Jules Verne, off Belle Ile, on october 12, 2016 - Photo Jean-Marie Liot / DPPI / IDEC

IDEC s’offre un peu de répit et du soleil après avoir parcouru en 20 jours la moitié de son parcours à 24,2 nœuds de vitesse moyenne. L’équipage compte plus de 800 mn d’avance, soit un peu plus d’un jour sur le record.
Bousculé ces dernières 48 heures par une méchante houle travers à la marche du bateau, l’équipage de Francis Joyon se doit de ralentir la folle course en avant du maxi-trimaran IDEC SPORT. « C’est un amusant paradoxe » poursuit Francis, « Nous tentons de battre des records de vitesse, mais nous nous triturons les méninges depuis 48 heures pour essayer de ralentir le bateau tout en le préservant. »  Les superbes performances inégalées du plan VPLP lancé en 2005 ne doivent cependant pas faire oublier la violence des éléments qui, au terme de 19 jours, dont 8 menés à des vitesses rarement égalées, commence à prélever leur écot d’avaries, même superficielles. « Le plexiglas de la protection du poste de barre n’a pas résisté à une déferlante » explique sans émotion particulière Francis Joyon. « Nous avons dû bricoler un nouveau panneau pour protéger le poste de barre » renchérit Guénolé Gahinet.

À l’approche du 22ème jour de course sur le Trophée Jules Verne, IDEC SPORT a laissé la dépression australe, avec laquelle il a convolé en justes – et rapides  – noces sur toute la traversée de l’océan Indien, dans son sillage rectiligne. Après un « tout droit » express sur un même bord, Francis Joyon et son équipage, qui ont empanné et multiplié les manœuvres ces dernières heures, connaissent un ralentissement bienvenu. Salués par les albatros, forts de leur solide avance sur le tableau de marche du record planétaire (près de 800 milles ce matin), ils entament le dernier tronçon de leur parcours autour de l’Antarctique avec un peu de douceur méritée, comme en témoigne Sébastien Audigane dans son carnet de bord du jour…

« Nous venons de passer notre première journée ensoleillée depuis bien longtemps. En effet, après le « gybe » de ce matin, le temps s’est nettement amélioré laissant place au soleil, à une petite chaleur temporaire bienvenue. Plus de paquet de mer et de vent apparent fort dans la figure. Le casque ou la cagoule en néoprène ont été remplacés par les lunettes de soleil et le simple bonnet. Ça fait du bien de souffler un peu, la route est encore longue pour le Horn. Nous glissons sous gennak dans une mer encore un peu formée. Les albatros sont avec nous. Tout va bien à bord d’IDEC SPORT ! »

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here